Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 11:49

 

 

 

 

La langue n'est pas innocente. Elle ne se contente pas de constater et/ou de nommer des réalités, des virtualités ou des irréalités. (Si des âmes matérialistes primitives seront mécontentes, voire blessées par cette assertion, pardon.) La langue, dans son évolution, échappe au contrôle de l'homme, qui, lui, est obligé de s'y adapter sans discontinuer. Comme si l'homme serait premièrement une éternelle adaptation (appelée par une arrogante ignorance, par une arrogante inconscience, « évolution »). Il existe aujourd'hui des langues « mortes », comme il existe des langues « perdues » ou « oubliées ». Il existe, sans doute, des langues en cours de formation, scientifiques, technologiques, métaphysiques, poétiques, astrales... Des langues qui vont écraser les notions des anciennes qui, elles, n'auront plus rien à « couvrir » si ce n'est que des absences, et qui vont inventer d'autres, capable de traduire l'homme moderne... Mais qui dit traduction, dit trahison...

C'est le cas d'une phrase qui commence faire son chemin dans la culture/civilisation française d'aujourd'hui.

Selon son auteur, homme politique versaillais, l'actualité française serait dominée non pas par un choc des cultures, mais par un choc des incultures.

La langue n'est pas innocente, disais-je au début de ce billet. Mais de là, dire qu'il y existe un choc des incultures...

Comment caractériser la culture (langue comprise, politique comprise) qui peut concevoir et diffuser sereinement, en toute tranquillité, une phrase pareille ? Riche, stupide, riche en stupidités, stupidement riche ?

Ou comment ?

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alexandre Papilian
commenter cet article

commentaires