Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 09:44

Les politiques disent beaucoup de conneries. C'est l'époque – très bavarde, stupidement très bavarde – qui l'impose, paraît-il. Faute d'intelligence opérationnelle, on serait appelé (nécessairement) à articuler des conneries. Nécessairement. Des conneries nécessaires. Paraît-il. Nécessaires et connes (surtout).

Les médias – mérdias, dans un langage pas trop soigné, mais certainement populo-juste – se font un plaisir de diffuser/multiplier lesdites conneries. Ils contribuent, politiques et mérdias, à la banalisation du crime. On ne peut rien faire, disent-ils. La masse doit accepter les attentats perpétrés contre elle. Elle doit élire démocratiquement des incapables qui lui diront que tout, vie ou pas vie, mort ou par mort, est le résultat d'une confrontation démocratique entre la droite et la gauche et que, au-delà de cette confrontation, elle, la masse moutonisée aurait comme unique vocation d'accepter de se faire tuer

Se faire tuer c'est bien.

On n'y est pour rien.

C'est démocratique

Partager cet article

Repost 0
Published by Alexandre Papilian
commenter cet article

commentaires