Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 12:27

Déflorée pour une seconde fois

 

 

J'ai terriblement besoin d'argent. Mettre leur mocheté dans mon ventre, pourtant... Ils sont laids. Terriblement laids, là, dans leur abîme noir à gerber. Je me demande comment font-ils pour être tellement hideux. Moi, voyez-vous, je suis belle. Très jeune et très belle. Nous formons un très extravagant ensemble aigre-doux, clair-obscur, caca-Chanel.

Lorsque je parle de leur laideur, je parle de leur cave intérieure, vide et malodorante. Sinon, on pourrait les trouver même séduisants avec leurs tronches illuminées par la souffrance et par le désir inassouvi... Mais ce n'est pas le cas. Je les trouve terrifiants. Et pour cause. Ils m'ont choisi parce qu'ils ne peuvent ni faire, ni avoir d'enfants. – Madame étant trop fragile. – Mais vus de l'extérieur, ils ont l'air charmant. – Lui, avec sa belle tête moche de chercheur pas trop débrouillard une fois sorti de son labo, elle avec sa figure de Madone insatisfaite. – Assez chic pour que je puisse éventuellement accepter de porter leur truc. Leur futur bonhomme-bonheur. Leur future félicité. Leur futur, tout court. Ça fera de moi une héroïne.

Alors, oui, les circonstances ne sont pas normales. Encore que, je pense que tout ce qui se passe dans une vie ne peut être que normal. La vie ne connaît pas l'anormalité. L'homme, par contre, si. Peut-être même plus. Seul l'homme est capable d'anormalité et d'invention. C'est lui qui introduit l'anormalité dans le monde. Toute invention est une entorse à la normalité. Va comprendre ! Me comprendre !

Ce dire que leur défaut reproductifs leur donnerait le droit d'aspirer à ma profonde, à ma plus que profonde, à mon infinie intimité. Avec les innovation d'aujourd'hui.

Ils mettrons leurs gamètes au travail. In vitro, s'il vous plaît. – Madame étant trop fragile. – Le résultat sera introduit dans mon utérus. Pour que là, ensuite, là, dans mon utérus, le truc se nourrisse de mon sang, de ma respiration. Le cœur de ce truc implanté en moi sera mis en route par mon cœur. Et ce sera toujours moi qui sera appelée à recevoir, drainer et évacuer ses toxines et ses merdes. – Madame étant trop fragile. – Non, mais, sérieusement ! Je suis en train de faire un truc dont le sens m'échappe grave.

En tout cas, je ne reconnaîtrai pas leur truc comme étant le mien. Je n'en ai pas envie. Je le dis calmement, avec beaucoup de sérénité. Avec une peur bleue dans mes tripes, pourtant.

Leurs cellules personnelles, n'ont pas encore fusionnées. Le truc à venir, impersonnel, extérieur, censé se développer en moi, n'est qu'en état de projet. L'avenir est encore vide. J'ai encore la possibilité de refuser. Tout refuser. (C'est puissant. C'est jouissant. Refuser tout !) Je peux me priver autant de leur pré-progéniture que de leur argent.

Cependant, mon besoin d'argent est tellement grand, que les circonstances anormales deviennent brusquement normales.

De surcroît, je suis probablement perverse.

Je suis tellement seule !

Quand on n'a pas d'enfants, on est seule. Pauvre et seule. Et laide. La pauvreté est perverse et laide. Ils en sont l'exemple ambulant. Ne pas pouvoir avoir d'enfants c'est plus que moche, horrible.

<>

- Je crains la contamination.

Si l'enfant que je vais porter héritera de ses parents, il sera laid. Par voie de conséquence, étant donné que ce sera Bibi sa porteuse, Bibi sera contaminée par sa laideur.

Je dirais que je suis en train de perdre une deuxième virginité.

Je suis folle ! Héroïne ! Déflorée une seconde fois ! Am I ?

Non, mais !

 

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Parents et enfants
commenter cet article

commentaires