Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

6 août 2017 7 06 /08 /août /2017 07:52

Ce monde où, dit-on, nous vivons tous et ensemble, enfin !

 

Non, mais elle est complètement débile ! Écervelée !

Se déshabiller en public pour demander l'égalité sexuelle ! Qu'est-ce qu'elle ont affaire l'indécence et la laideur (elle n'est pas trop bien garnie, ma petite), avec l'égalité des sexes ?

En plus, elle pose avec un globe terrestre entre les jambes bien écartées et exhibe l'écriteau noir parqué sur sa poitrine : « Foreigner fuck better ».

Qu'elle s'oppose à l'extrême droite, qu'elle dit ! L'extrême droite, dit-elle, aurait appelé baiser français, pour surclasser la baise féconde des étrangers stationnés sur notre sol. Pour s'opposer au Grand Remplacement de la Population.

Alors, pour contrer l'extrême droite on doit coucher non-français ! Et tant pis pour ceux qui n' comprennent pas une situation aussi simple que ça.

L'extrême droite ? Qu'est-ce qu'elle pourrait faire pour contrer ça ? Elle n'avait qu'à, l'extrême droite !

En tout cas, elle ne se déshabille dans la rue, l'extrême droite, elle n'écarte pas ses jambes jusqu'à l'abîme et ne se peint pas la poitrine avec des slogans anglais censés d'internationaliser la copulation de cette manière insensée sans que la copulation l'en demande.

Si sa mère était toujours là, elle aurait pu peut-être intervenir d'une certaine manière, à la mère. Mais moi, je ne suis que son père. Je me sens perdu. Déjà que je ne sais pas qu'est-ce que l'être profond d'une femme. Comment pourrais-je savoir qu'est-ce qu'être une folle ? Car elle est folle, ma petite ! Sûr !

Je ne suis qu'un estropié, moi. Je ne sais pas quoi et comment faire. Elle est majeure. Elle est responsable. Elle fait ce qu'elle veut, comment et avec qui elle veut.

Elle n'est pas seule, je présume. Elle a ses camarades, tout aussi disjonctées qu'elle. Ces camarades qui ont, comme elle, des parents. Peut-être.

Je me dis parfois qu'elle ne peut pas être mon enfant. Je ne la comprends pas. Je ne l'assume pas. Elle ne me correspond pas. Elle ne m'assume pas. Je me sens impuissant.

C'est un échec, quoi qu'on dise. Je me sens responsable. Je me sens visé.

Où est-ce que j'ai fauté ? Qu'est-ce que j'ai fait de mal ? Je ne me débrouille pas, ni avec elle, ni avec ses camarades, ni avec les parents de celles-ci, ni avec moi-même. Ni avec ce monde où, dit-on, nous vivons tous et ensemble, enfin !

 

 

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires