Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 09:50

Aux côtés d'une jeune clocharde

 

 

« Tous des vieux et des gros porcs », qu'elle dit en s'asseyant à côté de moi. Je ne l'ai jamais vue. Elle n'est pas une vraie clocharde. Même pas une SDF. Ça se voit.

Fifi, le bâtard, soulève lentement la tête. Il la regarde. Ensuite il me regarde. Il reprend sa somnolence. Les passants passent.

- C'est leur boulot.

Ils passent.

Qu'ils passent !

- Et qu'ils laissent un peu de blé dans mon gobelet !

« Il est à moi, son sperme », qu'elle dit. « C'est un bien matrimonial..., patrimonial... Ou les deux. Et pourquoi pas les deux ?», qu'elle dit encore. « Je peux le céder. Si je veux. Ou pas. Si je ne veux pas. J'ai été d'accord, d'abord. Ensuite, non. J'ai retiré mon accord. Il fallait qu'ils se rendent compte que ça ne va pas se passer comme ça. Qu'ils s'en rendent compte tous. Qu'est-ce qu'ils croyaient, que je vais accepter qu'elles prennent mon bien et qu'elles se le mettent dans leurs chattes ramollies et flasques pour y faire de leurs bébés ? Ces deux vieilles badernes ! Ces deux salopes ! Ces veilles sorcières de gouines de mes deux ! »

- Elle pestait.

C'est pas moi la folle. Certainement pas.

Pourtant, ce n'est pas ce qu'ils disent au Commissariat et à Saint-Anne.

- C'est pas moi.

Moi, j'ai Fifi. Je lui donne à manger et à boire. Je ne suis pas n'importe qui. Je ne suis pas personne. Il n'a pas besoin d'herbe. Les chiens ne se droguent pas. Mais s'il en avait besoin, je lui en donnerais.

- C'est clair.

- C'est elle.

La folle – c'est elle.

Qu'elles étaient trop vielles pour porter une grossesse. Qu'elles ont loué alors deux mères porteuses et qu'elles ont eu une fille et un garçon. Qu'elle dit. Du même sperme. Celui de son mari.

- Elle n'a pas pu supporter ça.

« Qui aurait pu supporter une chose pareille ? » qu'elle dit. Que se sont ses enfants, à elle. À eux. À son mari, et donc à elle. Matrimonialement, patrimonialement. Point barre.

Je vais vomir. Peut-être.

Le bruit sur Boul Mich – côté rue des Écoles, à proximité des distributeurs de la Société Générale – devient, je ne sais pas, un peu plus sourd. Même les sirènes de police ne percent plus les oreilles.

Je n'ai que deux heures. Ensuite je dois dégager. C'est la coopérative. Chacun son tour. Chacun son loyer. Dans la gamelle, il n'y a que quelques pièces estropiées de dix et de vingt. Même pas une de cinquante.

Je lui demande une pièce.

- Elle s'en fout.

Elle s'en fout même pas mal. Même trop.

« T'est qui toi ? » que je fais. « Tu veux que je te prête Fifi ? »

- Il baise pas mal.

Le chien !

 

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Parents et enfants
commenter cet article

commentaires