Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 07:29

IVG au masculin

 

 

Rien n'est plus vrai. Je l'ai poussée. Qu'elle avorte ! Nous sommes trop jeunes pour avoir un enfant. Je suis trop jeune. Mais elle aussi. À mon avis.

Ce serait bien d'établir un âge pour ça. Comme pour les films. Interdit aux moins de dix, seize, dix-huit ans... Cette idée même serait un argument en sa faveur. J'ai comparé l'entrée dans la vie procréatrice accomplie avec un film. Vous vous rendez compte ? J'ai réussi à transformer la réalité, la rendre virtuelle, illusoire.

Il en fut de même pour le fœtus.

Me sentant « responsable » j'ai poussé Caroline vers l’avortement. Tu parles d'une « responsabilité » ! Je l'ai repoussée, je l'ai bousculée. Vers la pompe aspirante du médecin. J'ai poussé, j'ai repoussé aussi le pas encore petit. Vers cette pompe létale – toujours. J'en ai pris mes « responsabilités ».

J'essaye d'en être fier. Oui, je le suis, vu l'instabilité des couples d’aujourd’hui. Sept ans, en moyenne. Ceci pour la stabilité. Quant à l'amour, les derniers chiffres parlent de trois ans. Trois ans d'amour, en moyenne, pour un couple... Et qu’est-ce qu'on fait des enfants après ?

C'est pour ça que je parlais des seuils d'âge... Une connerie ! Deux conneries, même ! Même beaucoup plus ! Infiniment plus. Car affinité.

Vu qu'il y a amour et amour. L'amour change. Nous le changeons. Nous changeons de.

Il faut changer d'amour, après trois ans de vie en commun. Et encore une fois, après sept ans. Et puis ? Des conneries à n'en pas finir.

Je fais de gros efforts pour éviter l'image du petit aspiré par la pompe. Raclé, ce qui restait de lui, après cette aspiration.

Oui, mais tout ceci est post factum. Rien ne le ramènera parmi nous. Il n'existera plus. Il n'existe plus. Plus du tout. Tout ceci, après avoir fait la bêtise.

Une seule consolation. Si ça pouvait en être une. Il y a des centaines de milliers d'avortements pratiqués chaque jour dans le monde. Ce ne sont pas mes enfants aspirés et raclés. Je ne devrais pas prêter attention à leur sort. Serais-je une machine à conneries ? Il faudrait que je me calme. L'auto-punition relève plutôt de la dépression nerveuse. Comme si on savait ce qu'est la dépression nerveuse ! N’empêche. Je commence à ressentir de la responsabilité pour tous les IVGs du monde, pour tous les avortés. Pour tous les... avortons. (Langue maudite, capable de tout salir !)

(...)

Après quelques formalités administratives, nous nous dirigeons, Caroline et moi, vers la sortie de la clinique. Je n'ai pas trop le courage de la regarder. Avant de monter dans la voiture, je le fais. Je la regarde.

Je lis – je sens – sur son visage l'immense désarroi. Le désastre. Son amour pour moi. Son amour désastreux. Son amour pour nous. Notre amour. Notre désastre. Notre amour foudroyé, brisé, déchiré, effondré, écroulé, mauvais.

 

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Parents et enfants
commenter cet article

commentaires