Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

23 octobre 2017 1 23 /10 /octobre /2017 07:45

Elle mouille encore très bien, la Valentine

 

 

La vie est souvent macabre.

L'idée me vint en écoutant Valentine. Sa vie est du (ou d'un) macabre vivant, voire joyeux. Elle a perdu son fils dans un accident de voiture. C'était elle qui conduisait.

Elle s'est réveillée aux Urgences, après deux jours de comma. Elle eut longtemps du mal à comprendre ce qui lui était arrivé. Ce qui leur était arrivé. À son fils et à elle-même.

Elle jardine pas mal. Elle fait aussi des belles photos. Sa pension de retraite est ni-ni. Ni hyper (pour pouvoir se faire accepter par la couche supérieure de la société nantaise), ni hypo (pour se priver de quelques petits ciné, théâtre, belote ou tarot et un grand voyage « organisé » tout les deux ans...).

En revenant un peu en arrière, il faut dire que cet accident coûta à Valentine l'implosion de sa famille et quelques années d'analyse.

Son feu fils, Pierre-Marie, était le champion absolu de golf régional. Lorsque l'accident mit fin à sa jeune vie, le Golf-Club de Bretagne inventa un prix portant son nom. Sa mère, notre Valentine, fut sollicitée pour décerner le prix chaque année.

Il faut dire aussi que les cendres de Pierre-Marie, feu le fils de Valentine, furent éparpillées sur la pelouse du dit Golf-Club – par le père et la sœur de Pierre-Marie, à l'insu de la mère, qui se trouvait encore à l'hôpital.

« Je le voyais dans chaque trou », disait par la suite Valentine. Elle lui parlait : chaque fois quand elle allait jouer à ce Club ; lors de sa participation à la festivité de remise du Prix de Pierre-Marie... Cela dura une bonne dizaine d'années. C'était du mauvais goût. En effet. Néanmoins, Valentine parle toujours à son fils.

Elle a renoncé au Prix Pierre-Marie. Mais elle est convaincue qu'elle rencontrera son fils dans une nouvelle vie.

Elle mouille encore très bien, la Valentine. Et quand je lui fais l'amour, elle m'offre tout ce qu'elle a avec une telle joie, que, à mon tour, je ne peux être que joyeux et bien. En dépit du macabre.

En dépit. Beaucoup.

 

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article
Repost0

commentaires