Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

24 novembre 2017 5 24 /11 /novembre /2017 09:18

Cette existence

 

 

Un coup de massue à l'intérieur de moi toute entière ! C'est le moins qu'on puisse dire.

Mère se fait re-ronger par son cancer. Elle passe ses lundis en chimio. Son bras droit est gonflé. Elle s'est acheté une moumoute. Elle a pris du poids. Son regard louche encore plus derrière les verres de ses lunettes enfumées. Elle ronge comme toujours ses ongles. Elle prend deux douches par semaine.

Père, assez petit et menu, est de plus en plus violent. Il boit de plus en plus. Il sent le rance.

Agrégé en histoire, il fuit la maison. Il va à Viange-sur-Bré, dans la demeure de ses parents. Là, il se contente de regarder (et prendre) la vie presque immobile des collines par la fenêtre, de boire son whisky, de s'attendrir sur son sort gris et sans sens.

- Il frappe mère, parfois assez dur.

J'ai une sœur. Une autiste qui agace tout le monde avec ses caprices et grimaces que personne ne peut comprendre. On la trouve parfois perchée sur le vaisselier en regardant la ligne qui sépare ou unit, selon !, le plafond et le mur. Elle rit sans se dérider. Elle ne connaît pas la joie.

- Même quand elle se masturbe.

Mère a eu un autre enfant, d'un accouplement malheureux de jeunesse avec un cousin germain. Un garçon qui s'est suicidé en lisant Les souffrances du jeune Werther. (C'est ce que maman dit.) On l'a enterré avec son vélo.

Moi même, je suis sous traitement. Je grandis trop. Trop vite et trop longtemps. À même pas seize ans, je mesure un mètre quatre-vingt.

- Même pour un garçon ce serait beaucoup, voire trop.

Je souffre de douleurs à la colonne. Des douleurs atroces.

- On me donne des analgésiques étourdissants.

Je plane assez souvent. On me dope. On me drogue.

- Sinon, l'existence me fait mal.

Cette existence où tout est trop. Et de trop.

 

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires