Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

16 novembre 2017 4 16 /11 /novembre /2017 08:30

Confession

 

 

Je serai d'être très court, mon père.

Notre mère nous divinisait, mon frère et moi. Quand elle est partie, elle nous a béni tous les deux, ensemble. Elle nous a dévisagé avec un regard inoubliable. Elle nous aimait au delà et au dessus de tout ce qui existe ou qui pourrait exister.

Elle est partie en paix : elle nous a aimé jusqu'au dernier souffle.

Elle ne savait ce j'ai fait à mon frère. Lui non plus, il ne le sait pas.

Il est mon aîné. Il a été le premier à se frayer une chemin dans la vie. Il m'a toujours écrasé avec sa supériorité en âge, force, débrouillardise, peut-être même en intelligence.

Alors, quand il s'est marié, j'ai pris ma revanche. J'ai couché avec sa femme. Le premier enfant qu'ils ont eu (aujourd'hui ils en ont cinq) c'est tête craché moi.

Il arrive souvent que l'enfant ressemble à son oncle, n'est-ce pas ?

Mais nous savons, ma belle sœur et moi, la vérité. Nous avons décidé de ne jamais parler de ça. Jamais.

Aujourd'hui, ce n'est plus jamais.

Ce qui me travaille, mon père, c'est l’au-delà. Je ne sais pas si ça existe, un au-delà. Mais je commence à croire que, oui, l'au-delà est inévitable. Je ne crois pas que ma mère serait disparue comme ça, totalement. Je crois même qu'une fois arrivée là-bas, ou la-haut... enfin... elle ait connu la vérité. Elle a appris ce que j'ai fait à mon frère...

Alors, si maman existe encore (peut-être éternellement ; et je ne vois pas comme il pourrait être autrement), je vais la rencontrer d'ici peu. Très peu. Ou très tôt. Enfin !

Je ne sais pas comment me jugera-t-elle.

Vous comprenez, mon père ? Le Bon Dieu, il m'emporte peu. Il peut me juger, comme il veut. Il est Dieu. Il en a le droit.

Mais maman, pour moi, ça compte infiniment plus ! Son jugement... si elle me repoussait... si elle me regardai comme elle savait le faire... comme elle seule pouvait le faire... si elle me refusait le pardon... si elle m'abandonnait, avec ce que j'ai fait... je ne sais pas ce que je vais faire... comment je vais faire... avec ce que j'ai fait. Je ne sais pas.

 

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires