Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 09:20

Prêtre et psy

 

 

Autour de moi, à table, papa, maman et le frangin. Sur la table, les restes du dîner et les verres d'armagnac. Un Grand Bas-Armagnac. Du Lacquy, plus précisément. Nous fumons, papa (un joint) et moi (un cigare). Maman picore de temps en temps des groseilles dans la coupe. Le frérot ne fait rien. Il est prêtre. (Il m'agace. Il se dit beaucoup plus appelé à écouter les autres. Beaucoup plus que les psys, tel que ceux de ma race. Il se tait lorsque je lui parle. Il ne dévoile rien de ses « cas » à lui.)

Je m'entends raconter.

C'était une famille de frappés. C'est clair.

Le père était un crypto-pédophile. Il ne savait pas s'assumer. Il militait pour une sorte de révisionnisme pédo. L'homosexualité était considérée, il n'y a pas si longtemps, comme une maladie très pénalisante ; sauvagement pénalisable. Aujourd'hui on célèbre devant les caméras de télé les premiers mariages homos. Pour éduquer les masses, bien sûr. Les masses sont toujours en manque d'éducation. Non pas conservatrices, mais rétrogrades. C'est bien que de les éduquer. Alors, pourquoi ne pas aller plus loin et reconnaître qu'entre un adulte et un enfant puisse se dérouler une belle histoire d'amour ? Pourquoi pénaliser l'acte sexuel – incestueux ou pas – entre deux êtres de cette race, lorsque les deux sont consentants ? Il ne faut pas oublier que le jeune, au début de sa sexualité, peut être très séducteur et surtout destructeur. Donc, mieux vaut lui laisser la possibilité d'expression et d'action – tant que cela ne fait de mal à personne.

La mère disait haïr Dieu. Elle haïssait les cathos. Les juifs aussi. Pour ne pas parler des musulmans. Ou les patrons. Mais surtout les actionnaires. Et tout naturellement, les pédés.

Belle ambiance, donc.

Leurs enfants, des jeunes adultes au nombre de trois, deux jeunes filles et un jeune homme, étaient frappés, eux aussi.

Le garçon, ne jurait que sur les réseaux de socialisation et sur l'Intelligence Artifficielle. Selon lui, ils étaient les premiers responsables du renforcement de la démagogie et de l’incompétence dans l'espace public. La sélection des gens qui arrivent au pouvoir changerait aujourd'hui autant de critères que de contenu. L’humanité, profondément et hautement démagogisée et incompetenticisée, serait plus que jamais à la dérive.

Une des filles s’émerveillait des merveilles de ce monde. En écoutant San Fillipo Neri de Scarlatti (Alessandro), disait-elle, on peut se poser la question suivante : « si une chose terrestre peut être aussi belle, qu'est-ce que ce sera quand nous toucherons aux choses divines ? »

L'autre sœur, la cadette, dispensait d'habitude des questions et des observations surprenantes par leur bon sens. « Pourquoi les empreintes digitales sont-elles personnelles ? Y a-t-il un lien entre la personne, avec sa personnalité, et ses empreintes ? » Ou : « Il est impossible qu'Ivan, Aliocha, Mitia et Smerdiakov soient les enfants de Fiodor Pavlovitch Karamazov, le vieux scélérat. Ils sont trop différents, trop) singuliers et trop exemplaires à la fois pour qu'ils puissent avoir un tronc commun ». Cette jeune fille m'a mis dernièrement dans l'embarras. On lui avait fait savoir qu'elle avait un cancer du pancréas en phase terminale. Deux mois de vie au grand maximum. Elle se demandait si elle devait transmettre à son fils et au père de celui-ci ses doutes à elle : elle ne savait pas de qui était l'enfant... Elle ne se sentait pas elle-même.

- Je lui ai conseillé de voir un prêtre.

En disant ceci, je regarde mon frère.

- Tu veux me l'envoyer ?

Il n'a pas l'air trop content.

- C'est trop tard.

Ils sont morts tous les cinq. Leur voiture est tombée du haut d'une falaise de vingt mètres.

Je mets fin à l'histoire.

(...)

Je n'ouvre pas la comparaison mainte fois faite et plus ou moins pertinente entre le travail d'un psy (le mien) et celui d'un prêtre (le sien), entre l'utilité sociale de l'un (la mienne) et celle de l'autre (la sienne) ou celle des parents (l'un qui fume, l'autre qui « se groseille » ; les deux avec leur Lacquy et avec leurs fils, mon frangin et moi, l'un psy, l'autre prêtre).

Je m'en abstiens.

Cet armagnac, je le trouve super-bon.

Je le dis.

Ça fait plaisir autour.

 

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires