Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

20 décembre 2017 3 20 /12 /décembre /2017 08:24

 

Mère aveugle

 

 

Je sentis qu'un jour je serai capable de choses insoupçonnées. Notamment, je serai capable de lire. Aussi, capable d'écrire. Lire et écrire, d'ailleurs, n'existent pas l'un sans l'autre.

Je serai amené à lire dans un livre étrange (un livre-organe écrit loin de notre compréhension de mortels) : « L'homme est appelé à vivre de tous se organes ».

Ceci sera pour plus tard, naturellement, beaucoup plus tard. Et ce sera naturellement.

Tout naturellement.

Pour l'instant, cependant, contentons-nous de dire que j'ai encore cinq mois avant de quitter la vie fœtale et de prendre le large. Encore cinq mois avant de mourir en quelque sorte et de naître en quelque sorte, en sortant du ventre de maman.

Ce ventre, que maman caresse de plus en plus. Elle sent ainsi ma présence d'une autre manière que celle-ci est saisie par les d'organes qui m'entourent, qui travaillent pour moi à travers maman et que je maltraite en grandissant.

En se caressant le ventre, maman me rassure : elle sait qu'elle est ma maman. Elle se rassure elle aussi : elle « donnera la vie ». « La » vie, en l'occurrence, la mienne ; ma vie à moi, qui est déjà présente qu'elle le veuille ou pas, maman. D'ailleurs, elle ne sait même pas ce qu'elle a fait pour faire ce qu'elle croire faire : donner la vie ; ma vie.

Je suis présent, moi !

Un jour, je contemplerai la biosphère et je céderai nerveusement. Je deviendrai fou car je me dirai qu'il n'est pas possible que toute cette complexité n'ait pas un sens conscient, ou du moins accessible pour la conscience, conscientisable.

L'autre conscience, la conscience folle, on pourrait en parler à l'infini.

Ma mère est non-voyante. Aveugle. Elle a deux yeux. Elle a l'organe de la vue, mais pas la vue. Elle est née comme ça, sans vue. Elle ne peut pas « vivre de tous ses organes », comme écrit dans le livre trop étrange dont il fut question ci-dessus et que je lirai un jour.

Quand elle met ses mains sur son ventre – et sur moi –, elle me voit je dirais mieux qu'une femme « normale » qui voit. La vue invisible de maman est plus forte que celle visible d'une autre, que celle d'une femme « normale ». Cette dernière est aveuglée. Elle voit « normalement ». Uniquement. Elle ne ME voit pas comme ME voit maman. MA mère AVEUGLE.

 

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires