Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

14 janvier 2018 7 14 /01 /janvier /2018 21:52

À quoi sert la vieillesse

 

 

Il n'est pas paralysé, mais amorphe. Il regarde le plafond, le mur, la télé, la porte de la salle d'eau, celle de la réserve, le pied du lit où il est alité... Sans raison. Aucune.

- De toute évidence.

Ça m'agace un peu. Mais je concède finalement qu'il a le droit de regarder où et ce qu'il veut. Ce qu'il peut. Vouloir. Pouvoir. Avec sens et raison. Ou sans. Il a gagné ce droit dès sa sortie du ventre maternel.

- Je ne pense pas que ma grand-mère aurait été capable de réfléchir à cette situation.

Pour elle, son fils, qui allait devenir plus tard mon père (chose qu'elle ignorait avec beaucoup de superbe et pas mal d'innocence stupide), n'était qu'un bout de chou carné et hurlant – le sien ! –, sali par le lait clair (enfin, par trop clair) de l'accouchement.

- Je deviens ainsi l'intime de ma grand-mère paternelle que j'ai peu connue, et qui a très peu affaire avec mon état d'esprit actuel.

Il ne me reconnaît que rarement, papa. Et même pendant ces moments d'apparent échange parental et filial, je suis incertain quant à la vérité des pensées qui lui traversent le crâne. Ce sont des vraies pensées pourtant, je crois. Des vrais sentiments.

- À un moment donné, les pensées et les sentiments se chevauchent et se superposent, pour embrouiller encore plus notre jugement déjà très troublé par la consistance très volatile de notre vie, par son inconsistance.

Pourquoi se trouve-t-il dans cet état, mon vieux ? La réponse est presque invariable. Parce que vieux. Oui, d'accord. Mais pourquoi vieux ?

- Ici, les 'teligents de tous bords s'empressent avec des réponses bidon et super-bidon, voire con.

Parce qu'ils savent ce qu'est la vieillesse. Parce qu'ils savent pourquoi la vieillesse. Et pire encore : parce qu'ils savent comment la vieillesse.

- Voyez-vous !

Le personnel me regarde avec un double sentiment.

D'un côté, l'admiration pour mon dévouement.

- Je viens chaque jour pour passer deux heures avec mon paternel.

De l'autre, un brin assez évident de suspicion. Je viens pour les contrôler eux, les infirmières et les aides-soignants.

- Je veux savoir où va l'argent que je dépense pour le précadavre.

Auraient-ils raison ? Peu importe !

La mort n'est pas bien faite. Voilà ce qui importe.

J'ai tiré, j'ai conçu, j'ai vécu cette conclusion après ces six derniers mois de visites quotidiennes.

- On ne sait pas pourquoi untel meurt en paix avec les siens, avec lui-même, avec le monde, tandis que d'autres se démènent dans des tortures douloureuses, ou tombent foudroyés sans avoir le temps de se rendre compte de quoi que ce soit.

Y a pas d'explication pour cela.

Il ne me regarde pas. Peut-être ne voit-il plus rien.

- Sa main cherche la mienne.

Il me la caresse. Je réponds à sa caresse.

- Il sourit.

Et moi, qui me demande à quoi sert la vieillesse ! 

 

Blog : www.alexandre-papilian.com/

 

Partager cet article

Repost0

commentaires