Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

16 février 2018 5 16 /02 /février /2018 07:00

 

 

Footballeur

 

 

     Je me suis réveillée sans moi. Comment dire, je ne me reconnaissais plus. Je ne me connaissais plus, même. Je me suis vue de l’extérieur : noire, ronde, habillée comme d'habitude, dans des jeans trop serrés, bleu lavé, des fesses que tous les gars regardent, une blouse jaune un peu transparente, laissant voir le soutien-gorge bleu ciel, des bijoux jaunes comme en or... Petite et souriante... C'était moi, et pas moi, en même temps. C'était « sans » : sans moi.

     Ludo, Julien et l'agent de Julien discutent dans le séjour. Je n'y comprends pas grand-chose.

     Dès qu'on dépasse mille €uros, je me rends. Les grands achats sont l'affaire de Ludo. Avec moi à ses côtés, certes. Mais c'est pas moi qui sors le chéquier.

     Il est suédois, blanc, super-long, homme. Fiable. Très fiable. Il conduit et se laisse conduire assez bien.

     Maintenant, il s'agit de quelque chose de beaucoup plus important que mille balles. C'est le premier grand contrat de Julien. Il sort de l'adolescence et, du coup, il quitte l'équipe des jeunes.

     Il va joindre l'écurie du Paris Saint-Grégoire. Équipe soutenue, voire possédée par un émir pétrolier. Des cascades d'or.

     J'imagine que l'émir y trouve son compte. Je ne sais pas : la pub, les produits dérivés, et que sais-je encore. Sinon, pourquoi investir dans un club de foot ?

     Pour Julien ce sera six cent mille par an. Et ceci, après soustraction des impôts, de la commission de l'agent et de je ne sais pas quoi encore. Et ceci uniquement pour commencer.

     Le contrat sera renouvelé tous les deux ans. C'est à dire, renégocié.

     Il y a des footballeurs qui gagnent des millions. Julien est encore jeune. Trop jeune. Presque un enfant.

     Tu parles, un enfant ! Un enfant qui gagne six cent mille par an. Cinquante mille par mois. Vingt-cinq fois le salaire de Ludo.

     Mais c'est pas la question. La question c'est que c'est moi qui l'aie porté. Regardez-le !

Un mètre quatre-vingts. Quatre-vingt-dix kilos. Des muscles partout. Beau comme un dieu noir.

     Il est noir. Un Noir qui va prendre l'argent des Blanc et des Arabes.

     C'est moi qui l'aie porté. Je sais qu'il va nous écarter, à un moment donné, Ludo et moi. Il va prendre son envol dans son monde, qui ne sera pas, qui ne sera plus le nôtre.

     Comme je le connais, il va nous assurer une vieillesse sans trop de soucis. Mais il va nous quitter. Les femmes vont le cerner et assiéger et vont essayer de lui manger l'argent. Tout entier, si possible. Peut-être qu'il va le dilapider d'une manière irréfléchie, pour des voitures de luxe, des yachts, des villas... S'il ne trouve une femme-famille, il peut tout perdre. Mais s'il en trouve une, il peut devenir la racine d'un arbre très solide – dans ce monde d'argent. Dans son monde. Dans leur monde.

     Dire que tout ça a mijoté entre mes reins.

 

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires