Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

12 mars 2018 1 12 /03 /mars /2018 13:51

 

 

Moi, elle, qui ?

 

À Liana et à sa fille Raluca

 

     Elle me regarde. Je la regarde. Nous parlons. Pour dire n'importe quoi. On ne se connaît pas. C'est la première fois qu'on se voit. C'est la première fois qu'on se parle. On ne peut se dire autre chose que du n'importe quoi. Il faut occuper l'espace, le temps. Il faut attendre la baisse du stress. La découverte des liens communs.

     Sa mère est morte. À Rome. Elle s'est suicidée dans son appartement. Elle était assignée à domicile. Va savoir pourquoi. Elle était infirmière à la prison de Rome. Elle s'est pendue.

La rencontre avec le procureur a été plus qu'éprouvante. Il a refusé de lui remettre la lettre laissé par sa mère. Servait-elle de boîte postale pour détenus ? Pratiquait-elle l'euthanasie ?

Sa mère. Sa fille. Ma fille.

     Notre séparation, de sa mère et de moi, fut amorphe. Elle avait obtenu ce qu'elle voulait, un enfant ; de surcroît une fille. Elle n'avait plus besoin de moi, l'étalon. Moi non plus je n'avais plus besoin d'elle, la chatte individualiste fertilisée.

     Alors, logiquement, sa fille et moi, ma fille et moi on ne s'est jamais vus. On ne s'est jamais écrit.

     C'est le notaire qui a trouvé mon adresse.

     Je n'ai aucune prétention à l'héritage. Même s'il n'était pas négligeable.

     Mais ce n'est pas la question.

     Face à moi, ma fille me regarde comme si elle voulait devenir ma fille. Ou, comme si je pouvais devenir son père. Si je pouvais l'être. Elle se demandait qu'est-ce qu'un père.

     Un père, moi.

     Moi ? Qui moi ?

     Ma fille, elle.

     Elle ? Qui elle ?

 

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires