Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

27 mars 2018 2 27 /03 /mars /2018 15:17

 

Notre fils aura un enfant

 

 

     Il n'est pas fier, comme on aurait pu s'attendre. Par contre, nous, si. Nous en sommes très fières. Même plus.

     Il aura un enfant. Enfin, ils auront un enfant, lui et son amie.
     Son amie n'est que son amie, pas la nôtre. Elle est jolie, rien à dire. Elle est jeu

ne et joyeuse. Elle a tout pour plaire. Surtout maintenant, quand elle commence à porter l'enfant de notre fils. Mais ça ne va pas plus loin. Elle sera la femme que notre fils a fertilisée. C'est pas peu, mais ce n'est pas énorme non plus. Combien de femmes ne tombent enceintes de leur baiseur ? Toutes. Pratiquement toutes. Pas de quoi casser trois pattes à un canard.

     Nous, les parents, nous nous regardons l'un l'autre et nous comprenons que le regard que nous jetons sur notre fils est radicalement différent. Mais nous nous entendons. Nous nous absorbons l'un l'autre. Nous nous assimilons l'un l'autre. Tout en digérant notre fils tel qu'il est aujourd'hui.

     Nous l'avons digéré pas mal dans le passé. Mais aujourd'hui, c'est une autre chose. Il se transforme et nous transforme. Et nous, ainsi transformés, le digérons en tant que fils transformé.

     Difficile de trouver mieux.

     Nous croyons que le père ressent toute cette histoire comme une fusée propulsée par une force parfaitement silencieuse, complètement impitoyable, digne d'un vrai mec. Une fusée qui transperce autant le futur que le passé, qui rend aveugle tout l'environnement.

     La mère, elle s'applique à comprendre comment se fait qu'une autre pourrait être mise enceinte par son fils. Comprendre comment une autre pourrait porter l'enfant de son fils ? Comprendre qu'est-ce que ça veut dire ? Comprendre qui est son fils.

     Il faut en ajouter aussi un fait de digestion : nous laissons notre fils en vie, dehors, avec sa tête indifférente, neutre, à l'envers, bornée – il ne comprend pas ce qu'il a fait –, tout en le digérant. C'est la digestion transformatrice.

     Quant à lui... Il est dehors. Ailleurs. Il ne sait pas ce qu'il a fait. Même pas. C'est ça que d'être ailleurs. Et peut-être que c'est mieux ainsi. Pourquoi savoir quand et comment on a fait un miracle ? Parce que nous, ses parents, on a su ce qu'on a fait lorsque nous l'avons fait ? Parce que c'est quand-même nous qui l'avons fait, n'est-ce pas ?

 

Blog : www.alexandre-papilian.com/

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires