Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

27 avril 2018 5 27 /04 /avril /2018 08:29

 

 

Fais-moi un enfant

 

 

     Elle est bonne la baise à soixante ans. Bien meilleure que toutes celles qui la précédent. S'agirait-il d'un oubli, peut-être ? Serions-nous aveuglés lorsqu'on baise à quinze, vingt, trente, quarante, cinquante ans ? Peu importe. Maintenant, à « la soixantaine en fleur », la baise est bonne. Voire plus.

     Elle mouille très bien. J'y contribue de toutes mes forces. J'ai les doigts et la langue agiles. Elle m'excite avec ses seins charnus, pleins. Avec sa bouche, ses mains, ses fesses. Son sexe a exactement le goût qu'il faut. Elle me fait bander. Je vibre.

     - Elle me fait plus que désirer, vouloir son écartèlement, sa soumission – l'attaque.

     Je lui fais des tas de choses. Elle me fait des tas de choses. Nos vies s'entremêlent, se concentrent, se rétrécissent.

     Nous savons le quoi et le comment de l'affaire. Nous sommes plus qu'adultes. Nous avons chacun des enfants (moi deux, elle trois), qui ont eux-mêmes des enfants... Nous sommes valables. Et encore très-très valides.

     Dans le miroir de la vieille armoire massive, je me vois entre ses cuisses.

     - Je (la) baise.

     Je veux respirer sa respiration. Nos langues se touchent. Je fais du bielle-manivelle dans sa bouche, entre ses seins, dans son vagin. Elle danse avec moi. Elle vient au-devant de moi.

     - Elle a tout ce qu'il faut, là où il faut.

     Je me cabre, je soulève mon torse. Son ancienne fontanelle se montre devant mes yeux. Elle a soulevé la tête pour voir comment je la baise. Comment elle est baisée.

     La racine de ses cheveux est blanche. Elle a soixante ans et quelques. Moi aussi.

     - Ça m'excite, m'affole.

     Elle gémit.

     Ses seins trémoussent sous mes coups. Ses jambes sont bien écartées. Je les ai mises sur mes épaules. Leur chair est encore élastique, sous la peau encore tendue. Je lui embrasse et lèche le derrière des genoux.

     Elle serre son vagin. La chose devient brûlante et étroite.

     Super-bonne. – Je gémis :

     - Fais-moi un enfant.

     - Je suis trop vieille.

     Ça me rend encore plus fou. Je me libère. Je jaillis. J'arrose son intérieur. Son intérieur m'absorbe. Mes spasmes rencontrent les parois de son vagin qui me serre encore plus fort. Elle veut mon plaisir. Mon bonheur.

     - Je lui avais demandé de me faire un enfant.

     Je la remplis.

     Plus tard, je la tiens les jambes écartées. Je regarde son minou. Je veux voir mon sperme et ses sucs s'écouler de sa fente.

     Je ne réfléchis pas. Pas encore. Je sens uniquement. Notamment sa réponse. Une réponse détachée, froide, dirait-on. Avec une nuance de regret, quand même. Elle m'avait excité, c'est vrai. Mais ce n’était pas tout. Il y a eu aussi de l'ironie au premier degré : comment ai-je pu lui demander ça, de me faire un enfant, à notre âge ? Y a eu aussi un peu d'orgueil : je lui ai demandé ça, de me faire un enfant, à notre âge. Y a eu aussi une petite hésitation : et si elle donnait suite à ma demande ; et si elle commençait une nouvelle vie ; et si nous commencions une nouvelle vie – ensemble ; avec un nouvel enfant d’elle et de moi, avec un nouvel enfant pour elle et pour moi ?

     Je ne réfléchis pas. Pas encore. Je sens uniquement.

     - Je vais la sodomiser.

     Elle aime la sodomie.

     Fin de ce moment extraordinaire vécu ensemble.

     - Fais-moi un enfant.

 

En vente sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article
Repost0

commentaires