Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

5 mai 2018 6 05 /05 /mai /2018 05:48

 

Ma fille est psychiatre

 

 

     Je n'aime pas le regard qu'elle pose sur moi. Je suis mal à l'aise. L'autorité est passée de son côté. De l'autre côté.

     L'amour s'est évanoui. Elle ne se permet plus d'aimer. Elle ne peut plus aimer. Aimer, c'est psychiatrique. La profession lui a fait du mal. Elle lui a fermé les vannes de l'amour. Même si elle en a encore dans ses réservoirs, elle n'arrive plus à le sentir avec ses antennes internes. Elle n'arrive plus à les ouvrir. L'amour s'est évaporé.

     Son métier nous a fait du mal. À tous les trois. À elle, en premier. Ensuite à moi et à son père.

     Elle est toujours sur ses gardes. Qui est le fou, son père, sa mère, parce que vieux ? Elle-même, parce que fille d'un père et d'une mère ?

     Elle ne peut pas dépasser le sentiment de supériorité donné par son métier sur qui que ce soit. Elle vit comme ça, en considérant que tous les autres lui sont inférieurs psychiatriquement. Car elle sait d'eux ce qu'ils n'ont pas la possibilité de savoir. Elle et seulement elle. Même ses collègues ne savent pas ce qu'elle sait, elle.

     On peut se demander quelle est cette médecine qui sait ce que les autres, malades compris, ne savent pas.

     Enfin. C'est pas la question.

     La question est que nous avons perdu notre fille. Même si elle vient nous voir toutes les semaines en nous apportant des friandises, des alcools ou des fleurs ou des sourires uniquement. Ou peut-être surtout parce qu'elle nous apporte tout ça.

     Tout ça au lieu de nous apporter un petit fils ou une petite fille.

     Oui, au lieu ! À la place !

 

En vente sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires