Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

3 juin 2018 7 03 /06 /juin /2018 08:27
 
 
 
Besoin d'aura
 
 
     Elle me regarde ardemment et métalliquement. Ses paupières sont à moitié fermées. Les éclats de ses yeux sont coupants, tueurs. Elle n'est pas bien, dernièrement. Je ne sais pas si ce sont mes hésitations qui l'inquiètent, ou autre chose.
     Je n'y suis pour rien.
     - La gendarmerie me convient parfaitement.
    Jeune, très jeune encore, je suis envoyé là où on a besoin d'interventions ponctuelles. Paris, Lyon ou les DOM-TOM, d'habitude. Mais aussi les émeutes imprévues d'ailleurs.
Elle veut que je me marie et que je me stabilise. Ici, près d'elle, bien entendu. Elle ne supportera pas que j'aille en Nouvelle Calédonie ou dans les Îles ou à La Réunion... Il faut qu'elle puisse me voir quand l'envie lui prend. C'est à dire tous les jours. Je suis son fils. Son fils unique.  Pas question, en tout cas, que je lui échappe. Pas question que je m'échappe.
     Maintenant, après avoir mangé (trop), attablée en face de moi, elle essaye de me tirer les vers du nez. L'arôme du café au rhum exhale de tasses. Je suis un peu étourdi. Comme souvent quand je viens manger chez elle. Nous fumons tous les deux. Finalement, c'est pas trop mal. Je dirais même plus. Ce n'est pas si mal. C'est même bien.
     J'ai envie de faire la sieste. Il fait beau dehors. Par la fenêtre ouverte, la brise de la montagne apporte un parfum de miel. Je ne sais pas si c'est vrai. Mon impression est vraie, elle. Donc, un parfum de miel.
     Elle me dit qu'au marché, elle a été arrêtée par une bonne femme qui lui aurait dit qu'elle était très bien, que de son aura émanait du bonheur.
     Ses yeux métalliques essaient de me clouer. Elle est indiscrète et violente. On pourrait croire qu'elle veut savoir ce que je pense. Mais ce n'est pas vrai. Elle s'en fout. Absolument. Elle veut me faire comprendre qu'elle est forte. Elle veut me faire comprendre qu'elle sait beaucoup de choses. Elle veut me faire comprendre que le monde lui reconnaît beaucoup de vertus. Des vertus que moi, comme un poussin idiot, ne serais pas capable de capter.
     Il y a deux, trois semaines, elle m'a raconté comment elle s'était fait draguer par un type dans une super voiture. Il lui avait demandé combien elle prenait pour lui tailler une pipe. Pour lui, elle était une pute. Et cela lui faisait plaisir.
     - Je ne sais pas pourquoi. 
     Et maintenant, on était informé qu'elle avait une aura. Rayonnante. Bienheureuse.
     Elle me regarde ardemment, métalliquement. À travers son aura. Derrière son aura.
     J'ai envie de faire ma sieste. Une petite sieste.
     - Une toute petite.
 
En vente sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires