Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

16 juin 2018 6 16 /06 /juin /2018 04:53
 
 
                                  Jalousies
 
     Je suis jaloux.
     De papa. De maman.
     De papa et (de) maman. De maman et (de) papa.
     De papa plus maman. De maman plus papa.
     De maman et moi – de moi et maman. De papa et moi – de moi et papa.
     De papa plus maman – et moi. De moi et maman – plus papa. De moi et papa – plus maman.
     De papa, quand il regarde maman. De maman, quand elle regarde papa.
     De tous les deux, quand ils se touchent. Aussi, quand ils ne se touchent pas.
     De papa qui me regarde. De maman qui me regarde. De papa et de maman qui me regardent. De moi qui les regarde. De nous trois, qui nous nous regardons.
     De ceux qui nous regardent et de comment ils le font.
     De ce et ceux que papa regarde. De ce et ceux que maman regarde. De ce et ceux que papa et maman regardent. De ce et ceux que je regarde. De ce et ceux que papa, maman et moi regardons.
     De ce que papa dit. De ce que maman dit. De ce que je dis.
     De ce que nous ne disons pas, papa, maman et moi. Chacun de son côté ou tous ensemble.
     De ce que papa sait. De ce que maman sait. De ce que je sais. De ce que nous, papa, maman et moi savons.
     De ce que nous ne savons pas – papa, maman, moi –  ensemble, ou chacun à son compte.
     De ce et ceux que papa aime. De ce et ceux que maman aime. De ce et ceux qu'ils aiment, eux. De ce et ceux que j'aime, moi. De ce que nous aimons chacun de son côté ou tous ensemble.
     De comment nous sommes vus. Par l’œil terrestre, par l’œil céleste. Par la (les) foule(s) de gens, d'animaux, de plantes, de minéraux, d'objets mentaux, d'illusions, d'espoirs, de chiffres et de numéros, de symboles, d'archétypes, de mythes, d'anamorphoses, de distorsions, de folies. Par le trop plein. Par le trop vide. Par le (trop) bien, par le (trop) mal. Par le hors du commun. Par la banalité. Par personne.
     Je suis jaloux.
     Jaloux de mon père, de ma mère, de moi-même, de nous trois, de notre orgasme mortel, cosmique.
     Jaloux de Dieu.
 
En vente sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/
Partager cet article
Repost0

commentaires