Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

20 juillet 2018 5 20 /07 /juillet /2018 19:12

 

 

Pas de gloire ! De nouveau !

 

     Il n'est pas glorieux d'avoir peur. Je le sais bien. Lorsque je vivais en Roumanie, je ne me sentais nullement glorieux. Même si mon statut social aurait pu justifier une posture « positive ».

     Non, je n'était pas glorieux. J'étais un simple sujet d'une idéologie qui ne me convenait pas du tout. La puissance raffinée de l'appareil répressif était telle qu'il fallait être fou pour s'opposer au Génie des Carpates.

     Je laisse à mes héritiers la charge d’apprécier la folie qui m'a animé pour prendre la décision du départ.

     ...C'était bien en France. Vraiment bien. J'étais glorieux. J'étais quelqu'un qui n'avait pas peur. Quelqu'un qui ne devait pas être fou.

     Mais, toutes les bonnes choses ont une fin. Aujourd'hui, les sentiments obscurs suscités par la personnalité de Ceausescu et de son entourage se sont réactivé dans mon psyché.

     Le cas Benalla me montre que le pouvoir français d'aujourd'hui est le même que le pouvoir roumain de naguère.

     A une différence près.

     La Gloire des Carpates s'est fait tuer en tant qu'homme d'état. Macron, même s'il s'auto-intitule Jupiter, n'a rien d'un homme d'état. Et d'autant moins d'un être olympique. Il ne se feras pas tuer. Il n'est qu'un simple enfant gâté. C'est ce qu'il le différencie de Ceausescu. (Plus un détail : Ceausescu n'avait besoin d'un police parallèle. Il se faisait ainsi mieux comprendre...) Pour le reste, c'est pareil. D'où cette avalanche de sentiments obscures qui m'envahissent en appelant à la folie salutaire et rédemptrice. Venaient-ils de l'extérieur ? De l'intérieur ? Seraient-ils les vérités qui construiront nos héritiers ?

Partager cet article

Repost0

commentaires