Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

22 août 2018 3 22 /08 /août /2018 16:30
 
 
 
                                                                Handicap, handicap !
 
 
Je ne sais pas si j'ai bien fait. J'ai cédé devant le regard de Jeanne. Il y avait trop de choses dedans. Douleur, interrogations (à l'endroit de « la nature masculine », de celui de notre amour, de celui pour Marius, à l'endroit de notre vie à nous...), pudeur fine, mais aussi forte, puissante, fragilité...
J'ai payé une fille (assez copieusement : mille euros) pour qu'elle ouvre la porte de la sexualité à Marius.
 
- Il est handicapé grave.
 
Il ne bouge presque pas. Il parle avec difficulté : ses muscles faciaux lui permettent à peine d'ouvrir la bouche... Il faut le porter aux toilettes, le déshabiller, le faire s’asseoir, le tenir, l'essuyer ; lui brosser les dents ; le peigner... Lui faire prendre sa douche, une fois par semaine.
 
- Ma femme et moi n'y arrivons plus tout seuls.
 
Nous travaillons tous les deux. La moitié de nos revenus vont à l'« aide à la personne ». Nous bénéficions aussi d'une certaine aide sociale. Ce n'est pas facile. Ni pour nous, ni pour nos proches. Ni pour tous les autres. Ni, surtout, pour lui, pour Marius.
 
- Notre fils handicapé.
 
Grave !
 
Son âme, mais que dis-je, son être, est plus que torturé dans la prison de son corps impuissant. Pourquoi ? Qu'a-t-il fait et quand, pour être ainsi puni ? Et par qui ?
 
- Son regard, pourtant est souvent expressif.
 
Pas trop, mais suffisamment pour qu'il se fasse comprendre d'une manière assez complexe et riche. En silence.
Il est étonnant combien de choses peuvent transmettre un simple regard coincé dans un visage immobile. En traversant ce visage.
 
- Oui, combien !
 
Lorsque la fille est sortie de la chambre de Marius, elle a rencontré mon regard.
 
- Il ne bande pas.
 
Elle lui avait fait une fellation.
 
- Je l'ai sucé.
 
Je lui ai donné la liasse de billets.
 
- Ça doit être très difficile pour lui.
 
Elle a mis l'argent dans son sac. Ensuite, elle a ajouté :
 
- Et pour vous ?
 
Elle est sortie. Je suis allé voir Marius. Je rencontrais un regard sauvage et abruti. Les larmes m'envahirent la gorge. La première éjaculation, surtout si elle est due à une femme, comme c'est le cas, est quelque chose d'hyper-violent. Ça ne tue pas. Ça anéantit. On n'est plus soi-même : on est.
 
Il était, mon Marius.
 
Moi, j'étais à son extérieur. Hors. Dehors. Je n'avais pas d'accès à la chose immense qui qui lui était arrivée, qui le tourmentait
 
Le regard de ma femme était interrogatif, lorsque je suis allé la voir. Fin. Subtil. Elle m'a tourné le dos.
 
Handicap, handicap, quand tu nous tiens !...
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires