Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

19 août 2018 7 19 /08 /août /2018 08:14
 
 
                                               Tuer son têtard
 
 
Ce connard croit me faire peur. Lui et sa bande.
 
- Eux !
Fronts et muscles super-tatoués. Gros bras. Bites perçantes.
 
- Peur – à moi ?
 
Croient savoir qui je suis. Ce que je suis. Jusqu'où je suis.
 
- À moi ? !
 
Lorsqu’elle a vu le cerveau du môme étalé sur les murs, elle a beuglé comme c'est pas possible. S'est précipitée vers la porte. S'est perdue dans la cage d'escalier. Plus qu'une grosse boule de métal-de-chair-lourde-et-amorphe-et-ultra-puant-la-sueur-et-l'effroi-et-la-chie-et-moche-et-plus-encore.
 
Plus.
 
L'avais attrapé par les pieds. L'avais tourné par-dessus de ma tête. Avais heurté sa tête – contre le mur.
 
Vu ? Ma tête – sa tête. Même pas quatre kilos tournés par-dessus de la mienne. Étalée sur le mur – la sienne. Sec. Sourd. Sang, cerveaux étalés sur le mur. Tâche rouge, grise, rose et blanche sur du papier peint couleur coca.
 
Mon têtard.
 
- C'qui restait de lui.
 
Il n'est plus qu'un grand spasme. Je le sens toujours, ici, entre mes mains. Il n'a plus de tête – le têtard !
 
L'autre beugle comme c'est pas possible. Dans sa cage de l'escalier.
 
- La mère.
 
Chienne ! Truie ! Va !
 
Alors ? Me faire peur ? À moi ?
 
(- J'irai-encore-en-prison-MOI-et-j'y-tuerai-encore-et-encore : des-adultes.)
 
Et voilà : j'y suis. J'y SUIS.
 
- Après avoir tué un nourrisson, des adultes c'est rien que de les tuer.
 
(- Une bagatelle.)
 
Je-veux-et-je-vais en tuer un – pour commencer.
Ses-muscles-front-tatoué-de-crétin-bite-imbécile-perçante.
 
- Et tout.
 
Il ne sait pas ce que c'est de tuer son têtard.
 
- Le sien !
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires