Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 06:56
 
 
 
 
                                                                     Deux bouchers
 
Ils sont deux. Pour un Club de bridge comme celui des Médias et, plus largement, pour tous les trois Clubs de bridge de Limoges, c'est beaucoup. Ils sont deux, donc. Notamment deux bouchers.
 
- Certes, le Limousin est renommé pour ses élevages bovins et pour ses boucheries, non ?
 
Pour ses porcelaines aussi. Pour ces émaux. Pour ses pommes. Pour son uranium. Pour ses militaires. Pour ses cheminots.
 
- Mais pas plus que ça.
 
Pas plus.
 
Que ça.
 
Mais là, il s'agit de deux « patients », comme j'aime appeler mes contemporains, deux bridgeurs-patients, donc, sortis de la confrérie des bouchers. L'un plus âgé, long et vouté, jouant très bien, marié à une femme qu'il fuit (je crois), jetant au et dans le monde des regards d'homosexuel en manque, qui te serre la main humidement et mollement, et qui ne jure que sur Océane (sur qui je me réserve – ou non! – le droit de revenir ailleurs) comme partenaire. L'autre, plus jeune, petit et menu, sortit d'une BD des années 50, avec comme coiffure un début de banane noire, des yeux bleus et, comme caractéristique générale, un état permanent de joie modérée, exprimé par des mouvements de rat rigolard.
 
- Ce dernier fut initié et attiré bridgeurement par le premier.
 
Peut-être sexuellement aussi.
 
- Mais je n'en sais rien.
 
Toujours est-il qu'ils entretiennent le Club de bridge des Médias. Ils plongent au moins une fois par semaine dans l'univers de contrats partiels, de manches, de chelems, de contres et de surcontres. Ils tiennent la comptabilité. Ils manipulent l'ordinateur. Ils.
 
Tout aussi certainement ils entrent quotidiennement, plusieurs fois par jour, dans les chambres frigorifiques de leur abattoir.
 
- À moins dix-huit Celsius.
 
Et je me demande, avec « un air interne » un peu non pas vache mais un peu grand veau :
 
- Quelle est cette pression exercée sur eux par les carcasses congelées suspendues sur leurs crochets géants dans le froid sans odeur ?
 
Et comment nous regardent-ils après ?
 
Nous.
 
Comment regardent-ils les carcasses après ?
 
Après nous.
 
En vente sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires