Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

11 octobre 2018 4 11 /10 /octobre /2018 14:53
Bagatelles
cueillies et inventées dans un Club de Bridge limousin par un Roumain d'origine divine
 
                                                              Remords
 
 
On m'invite à prendre un pot. On, c'est à dire Jacques-je-ne-sais-pas-comment-encore, qui va mourir bientôt. Je le sais. Il a une tumeur qui galope dans ses poumons. Tout le monde le sait. Mais c'est moi qui suis invité à prendre un pot avec lui.
 
- Au centre ville.
 
Sur la Place Rouge, comme je l'appelle, moi, la Place Denis Dussoubs, là où il y a le cinéma multiplex, la brasserie locale et la boutique basque.
 
- Qu'est-ce qu'il me veut celui-là ?
 
La terrasse du café est à moitié vide.
 
- Ou pleine.
 
Selon.
 
La conversation traîne sans trop d'intérêt.
 
- Autour du bridge.
 
Je me suis mis face au passage des piétons. Je regarde les hanches, les cuisses, le cul, les seins des femmes. Je suis « dans un moment d'appétit ». En même temps, je m'autosuggestionne :
 
- Je fais du bien au pauvre Jacques-et-etc.
 
Il va mourir. Il le sait. Et avec moi, il passe un moment où il n'est pas seul devant sa mort. À la maison, même si sa femme est quelqu'un de gentil, il se sent seul. Il est seul, avec sa femme qui n'est plus quelqu'un d'autre.
 
- Elle est lui.
 
Même si elle ne va pas mourir en même temps que lui.
 
- Encore que, qui sait ?
 
Peu importe !
 
- En face d'elle, il est seul.
 
Seul avec sa tumeur. Avec son cancer qui l'amaigrit terriblement.
 
- Au galop.
 
Et qui ne lui laisse aucune chance. Aucune.
 
Il m'a choisi en tant qu'urne « spirituelle » préfunéraire. Il y jette les gravats-soupirs de son vulcain à l'éjaculation mollasse.
 
- Je ne m'y oppose pas.
 
Ses parents avaient divorcé quand il avait dix-huit ans. On lui avait demandé avec qui il voulait aller.
 
Il avait opté pour sa mère.
 
- Avec son père, qui buvait et qui les battait tous les deux, sa mère et lui-même, les choses n'allaient pas du tout.
 
Des années plus tard, lorsqu'il avait repris contact avec le vieux, il lui avait dit que, au moment où il avait dû faire le choix, il avait hésité :
 
- Je me suis demandé si je n'allais pas dire : « avec papa ».
Le géniteur, ému, l'avait regardé avec des yeux humides, de vieil ivrogne. Son fils avait donc songé à un moment donné qu'il aurait pu, lui, être mieux que sa mère...
 
- Eh ben, non.
 
Ce n'était pas ça. Jacques-et-etc. avait dit à son père qu'il pensait aller avec lui pour le faire chier.
 
Le vieux avait encaissé.
 
- Sans rien dire, pourtant, évidemment.
 
C'était du passé.
 
- Je n'ai pas pu revenir sur mes pas, ensuite.
 
Le vieux est mort avec l'idée que son fils le haïssait.
 
- Ce qui n'était qu'à moitié faux – ou vrai.
 
Selon.
 
Je n'exclue pas que Jacques-et-etc. s'ouvre devant moi, maintenant, ici, sur la Place Rouge de Limoges, parce que je suis, sinon l'Inconnu porteur d'un espoir fou, irrationnel et irraisonné, l'espoir de pardon, au moins l'Étranger qui, mieux que le curé, peut faire office de dépotoir pour nos troubles et remords.
 
Je décèle aussi une certaine crainte, voire peur et effroi :
 
- Il rencontrera peut-être feu son père dans l'au-delà.
 
En vente sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires