Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

28 octobre 2018 7 28 /10 /octobre /2018 09:41
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 6)
 
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
 
Les deux directeurs gobèrent encore une gorgée de tequila.
 
- Je peux essayer, dit Icã Glande. L’idée de l’Oubli me plaît. Oui ! Il y a des ténèbres dedans. Comme le sous-son d’une contrebasse ou d’un tuba. Oui, oui. Ça me dit. Je la prends. J’aurais à essuyer les foudres de ma Junon, mais je pense que ça ira. En plus, son dada actuel est le Souvenir. Elles feront une belle équipe, ta nouvelle et mon ancienne, l’Oubli et le Souvenir. On les mettra ensemble, pour s’annihiler l’une l’autre, et nous allons nous faire entre temps la petite Yovanka ! Qu’est-ce que t’en dis ? Elle est si pâle, elle a les yeux tellement grands et cernés, elle a un air si triste ! Elle me tue ! Je n’en peux plus ! Je dois me la faire ! Seul ou avec toi. Ou plus, si affinités. Je bande déjà.
 
- À condition qu’il n’y ait pas de grève, marmonna Stroë.
 
- Je comprends et je compatis, ironisa Icã. Il n’y a rien de plus Larcin et Mélodrame qu’une bonne grève. Mais, hélas, il n’y aura pas de grève. Il ne se passera rien. Rien. Au maximum une petite manifestation interne. Et encore ! Depuis que les jours de grève ne sont plus payés, depuis que le Larcin et le Mélodrame sont passés dans la vie réelle, rien ne bouge, tu ne vois pas ? Il n’y aura rien, crois-moi.
 
Icã montra ses dents dans un sourire obscène et gai.
 
- Surtout pas de grève des bites !
 
Ensuite, avec une certaine tristesse :
 
- C’est ça la vie : du sexe et du social. Du social-sexe !
 
Les deux directeurs vidèrent leurs verres. Dans leurs regards troubles et vides, étincelaient très discrètement des soupçons de conscience, de concupiscence, de lubrique, de luxure, ainsi qu’une larme de quelque chose – quelque chose de si petit ! – dont on ne pouvait pas dire si c’était du souvenir ou de l’oubli.
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
 
Pareil pour toute différence.
 
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires