Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

22 octobre 2018 1 22 /10 /octobre /2018 07:57
Œuf de fou 1
– pseudo-satyricon –
 
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
 
- On ne pourra pas cacher la vérité.
 
Stroë adressait ces paroles à la machine à café du couloir. Il n’y avait personne autour de lui.
 
- D’ailleurs, on n’a nullement l’intention de cacher quoi que ce soit, continua-t-il, toujours en direction de la machine. On n’a nullement envie de priver quiconque de quoi que ce soit. Le gouvernement français, tous les gouvernements français sont élus pour que le service public français ait quelqu’un contre qui diriger ses critiques, ses protestations, ses grèves. Certes, ceci n’est pas une chose à dire au micro, au monde, mais seulement à la machine à café. À toi, Machine à Café. Et encore !
 
Une fois ces paroles bien soigneusement articulées (l’expérience du microphone change le verbe, le parler, voire la vie de celui qui la subit ; c’est, toutes proportions gardées, pareil pour ceux qui passent par le Grand Caprice, par Son expérience ; surtout lorsque le Mal et le Bien arrivent comme des effluves de la direction de ce même Grand Caprice), il empoigna son gobelet et se dirigea vers la cage d’escalier. Accoudé devant la grande vitre qui donne sur le RER, la Seine et la Tour Eiffel, il prit une première gorgée. Tout en regardant ces images parisiennes. Fortement parisiennes. Orgueilleusement parisiennes. Extrêmement parisiennes.
 
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
 
Pareil pour toute différence.
 
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires