Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

20 novembre 2018 2 20 /11 /novembre /2018 09:19
 
 
 
Pourquoi faire ?
 
Vous n'allez pas me dire que tout ça c'est normal.
 
- Et pas fou.
 
Je viens d'apprendre que la même Muriel, qui me disait que lorsqu'on lui faisait l'amour elle me faisait l'amour, serait passée par un moment mémorable. Un moment gardé dans toutes les mémoires de ces précadavres qui animent encore le Club de bridge.
 
En règle générale, il n'est pas conseillé de jouer en face de son compagnon. Pour ne pas s'énerver d'une manière intime.
 
Pour ne pas arriver à la séparation.
 
Un jour, en suivant ce précepte, Muriel jouait non pas en face d'Alexis Broc, à l'époque son petit ami, mais en face de quelqu'un d'autre. Quant à Alexis Broc, il jouait en face de Perrine Terrade. À un moment Alexis dit à Perrine, en lui jetant les cartes à la figure :
 
- Tu joues tout aussi mal que tu baises.
 
La galerie s'est empressée de foudroyer de regards amusés-scandalisés-voyeuristes les pauvres Muriel et Perrine.
Alexis, quant à lui, remplissait la fonction de héros impunissable, voire admirable.
 
- On s'amuse toujours encore – et bien – de cette histoire.
 
Le fantôme de la baise hante toujours et encore les esprits de ces tremolos punis par la vieillesse, par l'impuissance.
 
- Par la peur mal cachée de la mort inéluctable.
 
- Ou par l'inéluctable de la mort ?
 
Quoi qu'il en soit, elle se trouve où, allez-vous demander, l'anormalité, la non, l'a-banalité de la situation ?
 
Je ne saurais le dire. Je sens seulement que ce n'est ni banal, ni normal.
 
Ou c'est moi ?
 
- Je veux dire, l'anormal.
 
Et pourquoi pas ?
 
Et alors, dans ces conditions, comment ne pas devenir fou ? Comment ne pas se rendre fou ?
 
- Cependant, pourquoi faire ?
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires