Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

4 novembre 2018 7 04 /11 /novembre /2018 14:47

 

« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
      Blague audiovisuelle.

« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57


Cela étant, brossons tout de suite, le portrait de Rose Pinçon, la Naine-qui-pue.

C’est une petite femme aux jupes extrêmement larges et extrêmement plissées, à l’ourlet excessivement décousu et tombant, à la tête normale et aux yeux particuliers, puants. Elle pue des yeux, par les yeux.

- Partout où elle pose son regard, ça pue.

Chaque matin, après avoir pris sa douche1, la Naine-qui-pue, use des produits cosmétiques qui rendent les mortels normalement supportables. Elle se considère normale, supportable, voire mortelle. Cela, en dépit de la conviction affichée par ses parents qui affirment – dans les quelques salons parisiens qui les reçoivent – que leur fille n’est pas mortelle, n’est pas supportable (et qui n’aime pas ça, n’a qu’à se casser, n’a qu’à nous quitter, n’a qu’à se pendre, na ! – sans regrets et sans remords en ce qui nous concerne, voilà ! re-na ! ), pas mortelle, pas supportable, donc, mais, disons-le, franchement géniale et vouée à une carrière encore plus grande que toute l’imagination du monde. Et pour cause. Qui, dans ce monde, avait de tels yeux, des yeux puants, de tels yeux puants ?

(Et ici on ouvrira une Distorsion à votre aimable attention.)

Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.

Pareil pour toute différence.


En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article
Repost0

commentaires