Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

5 novembre 2018 1 05 /11 /novembre /2018 09:59
 
 
 
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
 
                                                     Distorsion
- Stroë, connards !, roulait le tonnerre d’Icã. Stroë ! Stroë, qui est mille fois supérieur à toute créature aux yeux puants ! Dix mille fois. Cent mille fois ! Et pour cause : il abrite dans sa chair intérieure, dans sa chair noire, dans son noir intérieur les enfants de Dora, son grand amour de jadis, les enfants qui ne sont nullement les siens, mais qu’il aime comme si. Des yeux puants ? Mais c’est une blague ! Des yeux puants ! Tiens donc ! C’est quoi, ces yeux, par rapport aux enfants cyclopes et asexués qu’abrite Stroë dans son intérieur ? C’est quoi ? J’écoute ? !
 
                                                         <>
 
Icã Glande évoquait en l’occurrence un certain moment d’avant le Grand Caprice. Un moment où beaucoup de choses irrepérables et irrépétables se sont passées. Par exemple, jadis, avant le Grand Caprice, Zakharias Cocâltãu, à peine entrevu auparavant dans notre histoire, y était toujours vêtu d’une salopette très in. Il ne portait jamais de chemise et ses brodequins étaient toujours trop grands. Après une période où il montrait au monde un crâne rasé, il connut une autre, où ses longues nattes et sa longue barbe lui arrivaient à la ceinture. En nous référant toujours à cette époque précédant le Grand Caprice, époque avant-coureuse, nous dirons qu’il était le précepteur de deux enfants cyclopes et asexués, ceux de Dora (dont on vient d’évoquer l’existence), qu’il attachait au pied du lit pour qu’ils soient sages.
 
- Des enfants tellement sages, s’époumonait Icã, des enfants tellement tranquilles lorsqu’ils sont bien attachés au pied du lit ! Des enfants tellement asexués, et tellement cyclopes ! Et pas n’importe quel type de cyclope, s’il vous plaît. Ce sont de cyclopes qui peuvent loucher ! Ils peuvent loucher ! Vous voyez ? Sans aucun jeu de mots, ni douteux, ni de mauvais goût. Des cyclopes qui louchent ! Ça c’est quelque chose ! Des yeux puants… Hola, hombre ! Guten Tag maine Herren und Frauen ! Good morning, World ! Ce n’est même pas moins, c’est zéro – par rapport à l’infini du loucher !
 
C’était une question très compliquée.
 
Fin de la Distorsion
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
 
Pareil pour toute différence.
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/
 

Partager cet article

Repost0

commentaires