Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

17 janvier 2019 4 17 /01 /janvier /2019 07:37
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 50)
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
 
» La caravane de l’ambassadeur est truffée de technique vidéo et audio. Pourtant et inexplicable (pour moi), on ne peut pas y écouter RFCVIPMU. C’est à dire, lorsqu’on se trouve à l’intérieur. Il faut sortir pour capter la station. Pourtant, une radio, c’est une radio : elle est écoutée parce qu’elle est faite pour ça. À moins que RFCVIPMU, en tant qu’exception française, ne soit une radio faite pour ne pas être écoutée. (Il va falloir tirer ça au clair.)
 
» Sinon, elle est assez confortable. Je veux dire, la caravane.
 
» Cela étant, ce qui se passe dans un média arrive, indéniablement, au public. Enfin, plus ou moins. Parmi les moins, les conversations plus ou moins informelles portées en off par les personnalités invités au micro avec les grands intervieweurs. Or, selon nos services, ce sont ces conversations notamment qui s’avéreraient une source de riches informations. Et pour cause. On ne parle pas en off aux journalistes par amitié. C’est bien connu ! Le but des personnalités qui le font non pas pour informer mais pour informaliser les médias n’est jamais celui déclaré. En revanche, le off non plus n’est pas toujours respecté intégralement.
 
» Je trouve ça assez compliqué. Et en plus, ce n’est pas le
sujet.
 
» En plus.
 
» On ne me demande pas d’interviewer qui que ce soit, ni d’interpréter les conversations enregistrées. On me demande seulement de faire en sorte que ces conversations en off soient enregistrées et envoyées à la base, en Nomadie, au pays.
 
<>
 
» - Où allez-vous installer les webcams ? me demanda l’ambassadeur lorsque je lui fis part de mes intentions.
 
» - Dans les machines à café, bien sûr. C’est l’endroit le plus fréquenté de la maison.
 
» - Et comment comptez vous faire ? Il y a combien de machines à café ?
 
» - Quatre, ou à peu près. Deux à l’escalier F, deux à C.
 
» L’ambassadeur avait l’air de vouloir quitter précipitamment la roulotte où nous parlions ainsi, paisiblement, et de prendre le large1.
 
<>
 
» Je dois me dire et redire que je présente au monde (dont l’ambassadeur en fait partie) une image beaucoup plus élargie que ma réalité, c’est-à-dire moi-même au-delà de mon image. Pour l’ambassadeur et pour le monde, je suis le mystérieux représentant terrestre du ministre. J’ai des instructions spéciales (donc des pouvoirs spéciaux). Je peux être méchant. Je le suis peut-être. 
 
» En même temps, les choses sont beaucoup plus simples. Mon hôte est l’adepte d’une secte récemment créée, qui prône le suicide cellulaire.
 
» Conformément à cette croyance sectaire, les cellules du corps vivant sont programmées non pas pour vivre, mais pour mourir. Elles meurent par décomposition, par suicide. Et c’est seulement après que le produit de cette mort soit avalé par les cellules phagocytaires ou éliminé par le processus d’excrétion. Mais, comme dirait La Palisse, avant de mourir, ces cellules étaient en vie. Et elles étaient en vie parce que les cellules environnantes leurs envoyaient des signaux spécifiques qui suspendaient le processus suicidaire. Alors, logiquement donc, la créature humaine en vie est le résultat des milliards et des milliards de micro-, de nano-empêchements du suicide. L’être humain est un suicide permanent accompagné d’un suicide en sursis. Et rien d’autre. 
 
» Voilà pour cette secte.
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
 
Pareil pour toute différence.
 
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires