Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

29 janvier 2019 2 29 /01 /janvier /2019 07:30
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 56)
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
 
                                                        Distorsion
 
Une voix inconnue et discontinue :
 
« « » Hé !
 
« « » Bêtise ? Absolument ! Et alors ?
 
« « » L’existence de la bêtise/sottise et celle de la folie supposent l’existence des réalités nourricières appropriées, bêtes, sottes, folles.
 
« « » Complètement immergées dans ces réalités, la bêtise/sottise et la folie les quittent et prennent leur envol : elles s'expriment.
 
« « » L’intelligence et la bêtise (et d’autant plus la folie, qui se trouve presque toujours à la jonction des deux) sont à la fois réfléchies et instinctives. Le massif humain les contient, comme dans un œuf. (Dans l'œuf d'un fou ! Dans l'Œuf de fou.)
 
« «  » La culture du sot voit son existence justifiée au même titre que toute autre culture ! La sottise est tellement complexe et coriace, qu’elle exige, à juste titre, une culture spécifique. Chaque culture avec ses sottises ! Voire, avec sa sottise ! Mais aussi, chaque sottise, avec sa culture ! Voire, avec ses cultures !
 
« « » Hé !
 
« « » La raison d’être de la sottise réside dans sa normalité, dans sa banalité. La sagesse maximum : saisir, maîtriser, savoir, faire-et-dire toutes les banalités. (On se rend évidemment compte que c’est impossible. Il faudrait pour ça du génie, du divin. Même plus !)
 
« « » Des sottises spéciales – les horreurs, les infamies – se sont banalisées à travers la civilisation citadine et communicationnelle : l’inquisition, les partis politiques, les guerres mondiales, le nazisme, le communisme, le maoïsme, le pol-poth-isme, le terrorisme anonyme, le pouvoir anonyme exercé sur la masse anonyme. On peut parler d’une réussite réelle. Il reste à rendre horrible, infâme la Banalité même. Mais, qui aura le courage de s’atteler à une telle tâche ?
 
« « » Peut-être que la Banalité est déjà corrompue, qu’elle s’est trouvé, enfin, un sens : ce sens-ci.
 
« « » …Qui faut-il donc faire sortir de son anonymat pour créer une culture anonyme et bête dont le Public – ou l’Anonyme – est aussi friand ?
 
« « » L’intellectuel bête, voire l’intello. (Lorsqu’on remplace la pensée par la culture, on quitte l’état intellectuel et on gagne l’état intello. Le monde grouille de cette espèce en voie de ballonnement. Ils sont affreusement nombreux, les intellos. Stupéfiants (très) ! Anonymes (hyper) !
 
« « » Hé !
 
Fin de la distorsion.
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
 
Pareil pour toute différence.
 
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires