Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

10 février 2019 7 10 /02 /février /2019 09:53
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 65)
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
 
Dans l’avion de la presse présidentielle, les deux cents cinquante journalistes de tous bords et de toutes les couleurs politiques se préparaient inconsciemment1 pour la traditionnelle bataille de coussins2.
 
- Personne n’aurait raté cette grande fête aérienne qui avait lieu chaque fois quand le vol de l’avion de la presse présidentielle durait plus de trois heures.
 
C’était notamment le cas.
 
- En tout cas, personne, ni les pilotes, ni les attachés de presse de la Présidence de la République, ni même la Présidence-même de la même République, paraît-il, ne savaient combien de temps, vingt minutes, deux jours, des semaines, l’avion restera dans l’air.
 
Les stewards et les hôtesses d'air passaient entre les sièges, veillant au bien-être de ces animaux bizarres, pas trop conscients, souvent carrément inconscients, les journalistes. Ils jetaient des regards de maton vers les bientôt fous furieux qui, eux, cachaient pour l’instant à merveille leur envie d’en découdre avec le monde moyennant coussins lancés à tout allure et parlaient paisiblement entre eux, lisaient leurs propres articles parus dans le canard du jour (ou, qui sait, d’autre fois) ou des journaux de la concurrence confraternelle, feuilletaient leurs notes concernant la Nomadie et le Sommet de la Francophonie qui allait s’y ouvrir peu après leur arrivée.
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
 
Pareil pour toute différence.
 
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires