Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

25 février 2019 1 25 /02 /février /2019 08:23
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 76)
 
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
 
Dans l'avion de la Presse Présidentielle, Stroë rencontra le regard de Zakharias Cocâltãu. Dans les yeux du Directeur Général luisait la sympathie. (Chose inhabituelle et inattendue pour RFCVIPMU.)
 
Stroë sourit et bougea la tête en guise de réponse, d’acceptation, de sympathie aussi. Cocâltãu l’invita d’un geste à venir s’asseoir près de lui.
 
- Ça va ? dit Cocâltãu lorsque Stroë posa ses fesses sur le siège inoccupé.
 
- Ça va fort ! répondit Stroë avec une expression qui contredisait résolument cette affirmation.
 
- Mais qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce qu’il se passe ?
 
- Rien. Encore un coup de blues. Les voyages me stressent toujours. En même temps, ils m’ennuient.
 
- Qu’est-ce que tu veux, mon vieux ! Il faut s’y faire pourtant.
 
- Je ne dis pas non ! Mais, n’empêche…
 
- Dis, fit Zakharias Cocâltãu après une hésitation presque insaisissable, comment va Gnito ?
 
- … ?
 
- Ben, oui. Je la connais. On se connaît depuis longtemps. Du temps de Barbara... Enfin, je crois. Tu sais, après le Grand Caprice, tout est devenu extrêmement compliqué. Même le rien.
 
- À qui le dis-tu ? sourit Stroë.
 
- Non, mais c’est vrai. Tu sais, aujourd’hui, je veux dire, dans cette époque ultérieure au Grand Caprice, que nous partageons comme nous avons partagé l’époque qui le précédait, je suis passionné par la psychanalyse et par la religion. Mais où trouver le temps ? Nous sommes phagocytés. Je veux dire, par RFCVIPMU. C’est plus que vrai. Par exemple, cette mission en Nomadie !
 
- Absolument. En tout cas, je ne me souviens plus ni du Grand Caprice, ni de ce qui était avant, et en plus la Nomadie n’est pas un pays comme les autres. Moi, c’est la sixième fois que je m'y rends.
 
- Et alors ? Qu’est-ce que t’en dis ?
 
- Hum. Pour faire court, je dirais qu’on ne se baigne jamais dans le même fleuve. Mais c’est plus que ça. Je crois que le trajet bio-professionnel de l’actuel ministre des Affaires Étrangères et des Tribus peut en dire long sur l’essence même de la civilisation nomadienne.
 
- C’est-à-dire ? Quel est son nom, déjà ?
 
- Grassoull, Viorell Grassoull.
 
Stroë eu un moment d’hésitation.
 
- Attends !
 
Il se leva et s’en alla pour revenir avec son petit ordinateur qu’il alluma sans tarder.
 
- C’est en nomadien, annonça-t-il en faisant défiler le contenu du dossier « Grassoull ». Le nomadien est une langue tantôt parlée, tantôt écrite, jamais parlée et écrite à la fois, souvent ni parlée ni écrite à la fois.
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
 
Pareil pour toute différence.
 
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires