Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

21 mars 2019 4 21 /03 /mars /2019 08:02
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 95)
 
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
 
Le sourire-réponse de la splendide sous-Barbara se figea. Crispée, elle regarda Lãcrãmioara directement « dans la lumière de ses yeux ».
 
- Je sais, dit-elle. C’est vrai. Je tombe à pic. Mais pour une autre raison. Je me sens comme transportée et transplantée. Cette raison-ci ne m’appartient pas, elle. Comme s'il pouvait y avoir de raisons qui m’appartiendrait... Enfin. J’ai une autonomie restreinte. Un autonomie de de mission. Comme celle d’une plante inconnue destinée à devenir une forêt dans une terre nouvelle. Quoique peu, ça a le mérite d’exister. Je me trouve dans une situation assez inhabituelle, où l’on n’existe plus comme acteur, mais seulement en tant que quelqu’un qui joue le rôle de l'acteur, qui créé l’acteur. Qui fait l'acteur. Qui le fait. Je n’ai plus de base, de matière. Le monde est en train de changer de consistance, de substance intime. Le virtuel de ce monde commence à occuper le terrain, tout le terrain… Un terrain virtuel, naturellement ; qui a toujours était virtuel. Même si le virtuel a toujours besoin du concret pour s’exprimer et, de là, pour exister…
 
- T’es noire, fit Lãcrãmioara, soupçonneuse. Ce serait peut-être mieux de reporter le rendez-vous ?
 
- Non, non. Ça va aller. Point ! Je n’arrive jamais même pas à me saouler. Re-point ! C’est rien. Hyper-point ! Mais dis-moi, quelle sorte de… comment dire… qu’est-ce qu’elles sont ? Ce sont des personnes ou des travestis ?
 
- Des travestis ? C’est nouveau ça !
 
- Il dit – je parle de Stroë, naturellement –, il dit que tout le monde est travesti aujourd’hui. Être vivant c’est d'être travesti. Être, tout simplement, c’est d'être mort. Les vrais êtres, eux, sont morts. Comme Dieu !
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
 
Pareil pour toute différence.
 
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires