Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

22 mars 2019 5 22 /03 /mars /2019 16:01
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 96)
 
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
 
- C’est bien joyeux, tout ça ! s’exclama Lãcrãmioara. Un peu de nécrophilie nietzschéenne ne fait pas du mal !
 
- Nécrophilie, si tu veux, nietzschéenne, si tu veux, mais pas de ma part, riposta la belle Gnito.
 
Elle était splendide et momentanée. De l'autre côté, dans l'éternité, elle était toujours Barbara, l'horrible. L'horrible Barbara. L'éternelle.
 
- Pour ma part, continua-t-elle, je me contente d’être purement et simplement belle. Je tâche, simplement, de rester belle. Belle, comme pas possible. Comme l’impossible. Une merveille. Mais, qu’est-ce qu’on fait de mes racines cependant ? Je suis d’extraction vilaine. Du pur jus d’horrible. De hideux, pourrait-on dire. De terrifiant. Et pourtant, je suis belle, resplendissante. C’est la vapeur de la laideur, la beauté. Qui, quoi, comment serais-je moi dans tout ça ? Une femme est d’autant plus vraie, d’autant plus une femme vraie, qu’elle souffre. Seule la souffrance fait d’une femme une vraie femme. Ça, on le sait. Depuis long, longtemps. Barbara – mon terreau à moi – en est une. T’es au courant, n’est-ce pas ?
- Oui, bien sûr. Mais tout ça c’était sans compter avec le Grand Caprice. Depuis…
 
- Rien n’a changé depuis. Je me demande même si le Grand Caprice finira un jour. Seule la laideur féminine féminise la femme. Voire, le monde. Or, pour ma part, je suis belle. Par conséquent, normalement, je devrais me sentir malheureuse. Mais, hélas !, je suis heureuse. Tout bêtement. La beauté, chez moi, va bras dessus bras dessous avec le bonheur. Franchement, c’est tellement triste ! Je suis tellement heureuse, je suis tellement remplie de félicité, de béatitude ! Naturellement, ça me rend malade, malheureuse ! C’est idiot. Complètement !
 
(pause)
 
Ensuite, les prunelles soudainement dilatées, comme si une réalité venue d’un autre monde avait frappé d’un coup sa conscience avec force et sans retenue, sans limite :
 
- Je peux être tout aussi stupide que n’importe quel autre mortel.
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
 
Pareil pour toute différence.
 
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires