Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

15 avril 2019 1 15 /04 /avril /2019 09:26
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 113)
 
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
 
Distorsion (suite et fin )
(Jérémiade dans les entrailles
d’une machine à café radiophonique ; suite et fin)
Caprice (suite et fin)
 
L’homme trouve sa mesure dans le mélodrame. Y a-t-il mieux ? L’homme est égal à son mélodrame. Uniquement ! (cris) L’homme – égal mélodrame ! (hurlement) On est un homme. Un vrai. Et, en tant qu’homme, en tant qu’homme vrai, on a deux mémoires nécessaires et suffisantes :
 
- Celle de Caïn.
 
- Celle d’Abel.
 
On a l’impression de posséder une sorte d’ombre intérieure, une ombre qu’on la sent dans ses os : c’est la mort.
 
<>
 
Entre les griffes du dieu de l’erreur, on est faible. Lorsqu’on est dévoré par lui, on ressent la violente satisfaction de la défaite, le plaisir de la perdition, le goût délicieux de l’absurdité pour laquelle on paye de son existence même. (pause) Par contre, il y a des moments où, en jouissant d’une parfaite solitude, où, en arrivant à se séparer de soi-même, d’immenses mystères privés de parole nous sont révélés. Parmi eux, le son (avec, notamment, la musique des sphères, avec, notamment, la parole).
 
Avant sa propre conception on « s’existe » dans un milieu vide de toute consistance, de tout sens (comme dans la moelle vide d’un trivial et dérisoire bulletin-d'infos d’aujourd’hui). Là, on entend des pré-sons – qui cessent (ou qu’on perd) dès qu’on est en mesure de supporter le bombardement des réalités terrestres !
 
- Ces pré-sons-là, perdus aujourd’hui, dont le manque crée (de) la nostalgie !
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
 
Pareil pour toute différence.
 
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires