Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

13 mai 2019 1 13 /05 /mai /2019 06:02
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 133)
 
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
 
Au sixième, entre les deux autres « open », celui de la Rédaction anglaise et celui de l’Amérique Latine, quatre personnes aux visages pâles et sombres clopaient. L’atmosphère du couloir était assez enfumée. Celle des espaces « open », moins. Ça sentait la poussière partout.
Au septième, la moquette était beaucoup plus luxueuse. C’était l’étage de la Présidence, des différentes Directions et de quelques salles de réunion.
 
Lãcrãmioara et Gnito s’arrêtèrent devant la plus grande d’entre elles. Dans le couloir, quelques syndicalistes consolaient le petit Pierre Laisarde. Vivace, les cheveux noirs et joliment bouclés, le Délégué Syndicale pérorait :
 
- Ça pourrait être drôle, loufoque même, si ce n’était pas si triste ! L’histoire, d’extraction mythologique et, à la fois, créatrice de mythes, prend aujourd’hui des sous-dimensions idéologiques et politiques. Hitler a dégoûté le monde de tout socialisme. Staline et Mao, de tout communisme. Pourtant le socialisme n’est pas du nazisme et le communisme n’est pas du stalinisme, ni du maoïsme. Quant à nous autres, les syndicalistes, nous sommes contraints d’adopter la terminologie, donc la pensée, voire la mythologie, du patronat. Nous y sommes réduits ! Voilà ce qui est vrai ! Inutiles historiquement, nous sommes condamnés à jouer un rôle pratique, dépourvu de toute envergure, de toute hauteur… Les salaires, les primes, les conditions de travail, les retraites, tout ça n’a pas d’envergure, ni de hauteur. Ce n’est pas parce que la société est bonne qu’on ne doit pas la changer !
 
La dernière phrase résonna comme un appel.
 
Le couloir se remplit de gens qui engagèrent une marche en serpentine d'un étage à l'autre, pour terminer devant le bureau de la Présidence. Ils s’y arrêtèrent et y scandèrent, en tapant des pieds et en donnant des coups de poing dans le mur présidentiel : « La société est bonne. On la changera ! » « Présidence, t’es foutue, RFCVIPMU est dans l’couloir ! » « Tous ensemble, tous ensemble… Ouai-Ouai ! Meuh-Meuh ! Wouah-Wouah ! Miaou !»
 
- Je sens, dit Lãcrãmioara à l’oreille de sa belle compagne, des frissons de tendresse et d’auto-tendresse me traverser la poitrine, la gorge, les seins, le cœur, les hanches, les cuisses, le clitoris, les bras, les doigts, les orteils, la langue, la nuque, le front, les genoux, les coudes, le cuir chevelu, le pubis, le clitoris encore, encore et encore, les fesses, les cheveux, les poils, les ongles, l’ombre, la pénombre.
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
 
Pareil pour toute différence.
 
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires