Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

20 mai 2019 1 20 /05 /mai /2019 09:42
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 137)
 
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
 
Distorsion (suite)
(Jérémiade dans les entrailles d’une machine à café
radiophonique)
Caprice (suite)
 
 
Pendant ce discours, Gnito aborda un air ambiguë, difficilement descriptible. Elle était évidemment tributaire à son passé. Là-bas, elle était rien d'autre que Barbara. Entièrement Barbara. Le summum de la laideur féminine et, donc, de la féminité. Mais, en même temps, à présent, elle était Gnito, l'être présent, assis en face de Lãcrãmioara Glande qui, elle, paraissait dominée par le quoi-comment de l'acouphène, fait qui compliquait considérablement les choses. Gnito était l'adepte de la totalité, le rien compris. Le rien total et la totalité du rien lui apportaient une paix mortelle. Toutes les paix ne sont pas mortelles. Celle du rien, si !
 
- Tu peux suivre tranquillement. Je me trouve en plein rien. J'y suis, fit elle connaître à Lãcrãmioara Glande son état psychologique actuel ; l'actualité de sa psychologie.
Lãcrãmioara inspira profondément mais ne dit rien.
 
Puis, sur le tard :
 
- Comme tu vois, je m'abstiens. Je ne te sens pas réceptive. Ça me rend triste. Ce n'est pas ma tasse. La tristesse n'est pas ma tasse de thé. C'est la jalousie qui m'anime le plus. Le plus souvent et le plus tout court. La jalousie féroce. Aujourd'hui, pourtant, je suis triste. Ça me fait penser à l'humanisation. Je crois que seul l'humain peut connaître la tristesse. Je me demande si les cyborgs gardent la tristesse dans leurs logiciels.Ce n'est pas impossible, mais ce n'est pas la question.Moi, je parlais des acouphènes. C'est un élément constitutif de n'importe quelle personne qui touche à l'essence de la radio. La radio sans acouphènes n'existe même pas.
 
- Tu m’assommes, murmura Gnito. Pourtant, je m'y suis préparée. J'ai parcouru avec une extraordinaire attention l’Assommoir de Zola. Pourtant tu m'assommes. Je n'y peux rien. Je n'y suis pour rien. Pire encore, je ne suis plus rien. Tu peux faire de moi tout ce qui veux. L'ELGBT est très à la mode aujourd'hui. Et je hâte d'essayer cette nouvelle variante de vie. De frémir de toutes mes cordes et cavernes. De résonner de toutes mes cordes et cavernes rigoureusement amoureuses. La vie est sexuelle. L'univers est sexuel. Fais-moi la vie ! L'univers !
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
 
Pareil pour toute différence.
 
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires