Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

20 juin 2019 4 20 /06 /juin /2019 07:20
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 153)
 
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
 
» Puis, une fois désyntagmatisé, déstructuré comme je suis à présent, je m’approche de l’état de l’homme parfait.
 
» - L’homme parfait est l’atome qui compose l’actuelle humanité atomisée. Il ne ressent plus le besoin d’essentiel. L’essentiel n’existe plus : tout est individuel, parfait, incomparable.
 
» L’homme parfait c’est l’homme décroché. Décroché de tout. Décroché du présent. Décroché de l’histoire. Décroché aussi de son avenir qui, quoi qu’on dise, reste un simple phénomène sclérotique ou, au mieux, dissolutif. 
 
<>
 
» Tout ça ce sont des avatars de la confrontation évoquée tout à l’heure. En tant qu’atome, j’entre dans le giron du suicide cellulaire. En respectant la trajectoire tracée par cette théorie, je ne me suicide pas, tant que (ou car) mes pairs n’ont pas besoin de ma mort, n’ont pas besoin que je sois mort. Tant qu’ils ne me demandent/imposent ma mort.
 
» En tant qu’atome, ensuite, je ne ressens plus le passé ou l’avenir. Je flotte dans la sauce de l’indifférence, qui n’est pas de l’oubli, même si les deux s’apparentent. La torture du pressentiment, après ceci, me fait voir des choses et des re-choses, à qui de mieux mieux.
 
» Exemple :
 
» Lãcrãmioara sera bientôt au septième ciel. Les mains de Viorell Grassoull se promèneront sur son dos, sur ses hanches, sur ses fesses. La respiration de l’homme trahira une envie croissante. Ce sera non seulement des caresses, mais des pulsations. Il voudra l’écumer et aussi l’enconer.
» - Ce sera fin.
 
» - Ce sera raffiné.
 
» Ça ne manquera pas de force, pour autant. Ce ne sera pas comme cette brute colossale d’Icã, certes. Mais ce ne sera pas mal, non plus.
 
» Elle sera désirable, la Lãcrãmioara.
 
» On ne bande pas à la commande.
 
» - C’est connu.
 
» Il bandera, lui, le ministre. Il voudra la pénétrer, la labourer et s’y soulager. – Mummm ! 
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
 
Pareil pour toute différence.
 
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires