Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

20 septembre 2019 5 20 /09 /septembre /2019 14:30
Quatre formes nécessaires de folie obligatoire – Mourir 1
 
Ma jambe gauche traîne. La main gauche aussi.
 
J’ai l’impression d’être capable de reprendre le stylo. L’impression me suffit, me satisfait. Perverse. Toujours suffisante, satisfaisante. Perverse. Toujours.
 
Je ne sais pas si ma main tient le stylo ou son idée uniquement, son apparence seulement. Son idéé, son apparence de stylo seulement. Je ne sais pas si moi même je ne serais rien de concret, voire rien de vrai.
 
L’incontinence est là, petite ou grande. Capricieuse, comme en enfance. L’enfance revient, incontinente. Je ressens des choses qui ressemblent à une chute. Une rechute.
 
Je suis capable de penser. Une impression toujours ?
 
La responsabilité est prise en charge par l’ange gardien, là où la frontière entre comprendre et vouloir s’efface.
 
Je suis capable de dormir.
 
J’ai un trou béant percé dans le crâne, dans le temporal droit. On le couvre des pansements. Ça sent mauvais. Mon cerveau pue.
 
C’est flippant.
 
<>
 
Il ne m’a pas été permis de partir, de m’évaporer. On m’a rattrapé avec force. Une contrainte violente, rétrograde et méchante.
 
L'existence terrestre, en train de finir son évolution, se préparait à sa révolution, à sa mort.
 
La mienne.
 
<>
 
On me prenait par les épaules, par les jambes, on me secouait, on me pinçait les bras, les joues, on me giflait… On me criait : « Papa, papa ! Ne pars pas ! Reste avec nous ! Hououou ! Hououou ! Nous sommes ici ! Reviens ! Reviens ! Ne pars pas ! Ne pars pas ! Papa ! Papa ! »
 
(L’horreur, bref !)  
 
<>
 
Cris. Secousses. Gifles.
 
Des tuyaux maltraitant mes veines, mes narines.
Mon crâne n’ayant plus d’intérieur, ni d’extérieur.
Je devais être horriblement pâle.
 
<>
 
On voulait me voir bouger. On voulait ma vie. On lui en voulait. Elle était en train de se sauver, cette putain de vie. Insoumise. Insolente. Arrogante. Elle était en train de laisser ici-bas mon existence cadavérique, grossière et lourde.
Elle était trop fine, cette putain de vie. Trop légère. Insoutenable.
 
Dans le regard de tous scintillait une folie indistincte, initiale, identitaire. Une même et unique folie pour tout le monde.
 
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires