Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

22 octobre 2019 2 22 /10 /octobre /2019 07:58

Quatre formes nécessaires de folie obligatoire – Mourir 16

 

Je la trouve sympathique, la dame. Un visage de singe animé d’une expression de vraie miséricorde rassasie pour la souffrance humaine quotidienne, doucement énervée et sceptique. La mère du jeune médecin Dufayer. L'infirmière en chef de l'étage.

<>

Le Coréen de Pompadour se démène en moi avec force. Son fantôme m’ébranle. À l’instar du fantôme de Madame Dufayer. Leurs fantômes qui me hantent sont plus forts que leurs existences, que leurs correspondants vivants.

Question d’âge ? Raccourci de la mort, directement ?

Ma tête pue toujours. Je ne crois plus à ma rémission.

<>

J’aimerais qu’on me laisse tranquille. Que je m’en aille en paix.

L’identité n’est qu’une comédie. Toutes les identités sont des comédies. Mieux encore, toutes les identités sont comiques.

Ce sont quoi toutes les identités du monde par rapport à la mienne, par rapport à ma mort ?

<>

Yun, ensuite Alain, eut des sérieux problèmes identitaires.

Son identité serait confrontée à la vie, paraît-il, tandis que la mienne s’exprimerait face à la mort.

Il fut initié (ou contaminé) et ensuite guéri des revenants.

Sa première rencontre consciente avec des revenants eut lieu en France, juste après son premier mariage. Sa femme, la Coréenne, voyait des spectres. D’abord, ceux de la famille, les défunts récemment trépassés. Ensuite, des figures plus ou moins reconnaissables, aléatoires.

 

 

En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires