Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

30 septembre 2019 1 30 /09 /septembre /2019 14:27

Quatre formes nécessaires de folie obligatoire – Mourir 6

 

Bon !

Revenons au Coréen.

Bon !

Il passa son enfance et sa jeunesse à Pompadour. Intégré au milieu corrézien, il ne lui restait de son coréeanisme que la tronche (on ne peut ni cacher ni transformer des yeux tellement fendus et tellement noirs, aux éclats coupants, un nez tellement aplati, tellement spécifique, ses cheveux tellement noirs, tellement beaux…) et son penchant pour les arts martiaux et mystiques asiatiques.

Il parle français comme un corrézien. Ensuite, une fois monté à Paris, il se met à parler comme un parisien. Aucun mot de coréen, en revanche. Un peu de cambodgien, seulement (mère adoptive oblige).

Il est toujours tout seul. La sœur « biologique » arrivée dans le foyer quelques années après son adoption ne devient pas vraiment sa camarade de jeux et d'autant moins sa sœur. L’entente avec elle est bonne. Pas plus. Alain ne l'intègre pas dans son existence.

Très-très bosseur, il arrive – seul, tout seul – à un certain niveau de connaissances informatiques. Il se fait embaucher par une banque. Seul !

Il décide de « prendre femme ». Seul. Il entreprend deux voyages à Séoul. Il rentre du deuxième avec sa femme coréenne. Ils se parlent en anglais, au début et, peu à peu, en français ; ils produisent deux enfants.

Après cinq ans de mariage, cette femme meurt. Alain reste avec deux enfants sur les bras. Seul de nouveau. Très seul. Tout seul. Seul avec ces enfants.

Ce n'est pas grave. Il connaît la solitude. Il s'y connaît.

Je ne l’ai pas connue, son ex-épouse. Je ne sais même pas ce qu’elle faisait dans la vie.

 

 

En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires