Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

15 décembre 2019 7 15 /12 /décembre /2019 15:15

Quatre formes nécessaires de folie obligatoire – Mourir 35

 

Le roquet-médecin s’émerveille devant moi au sujet du principe d’Archimède. Un corps solide immergé dans un liquide se verrait débarrassé d’une partie de son poids, proportionnellement à son volume ou, ce qui revient au même, au volume du liquide disloqué.

- Sinon, dit-il, votre cerveau serait écorché, tuméfié, gravement abîmé dans la boîte osseuse qui l'enferme. Pareil pour le fœtus, dans le ventre de sa mère. Ce ne sont pas des tumeurs, ni des hernies, le cerveau et le fœtus. Tenez ! Si l'on considérerait que le vrai cerveau de la femme c’est le fœtus qu’elle fait baigner dans le liquide amniotique de son ventre ? Je veux dire que la femme pense avec – et par-lui. Au mieux, on pourrait considérer qu’elle possède deux cerveaux qui, aussi distincts et différents qu’ils soient, gouverneraient cet être étrange qui donne naissance à des enfants. Je veux dire, aux nôtres.  

Il en est fier. Ses tentacules de petit médecin ayant toute la vie devant lui, pénètrent dans ma chair flasque qui laisse la vie – ma vie ! – s’écouler, s’évanouir… Ma vie !

<>

Ma vie !... Je n’ai plus de mort.

<>

Je pense au trou ouvert dans mon crâne et je ne sais plus où il finit mon intérieur. Ni où il commence. Je ne sais pas si mon extérieur a un début ; ni une fin.

Pour ce qui concerne l’au-delà, mon post-souvenir amène à la rampe un monde renversé et retourné. Mes premières représentations, que je considérais intérieures, y deviennent des réalités externes, d’un autre monde.

S’il était vrai qu’un jour nous parviendrons à ne plus vouloir/pouvoir faire la différence entre la vie et la mort, moi, j'étais un des précurseurs.

 

 

En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires