Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

31 mars 2020 2 31 /03 /mars /2020 09:09

Quatre formes nécessaires de folie obligatoire – Ne pas mourir 6

 

Qui a été mon père ? Malin celui qui pourra le dire. _______________ La mère de Patrice garde bien le secret. Elle embrouille les pistes. _______________ Un jour elle s’est risquée en déclarant qu’il s’agirait d’un agent de la RDA ; ou de la Hongrie ; ou peut-être un Lituanien. Un type de l’Est, mort ténébreusement après avoir déposé son obole de sperme dans le vagin de ma mère. _______________ Après m’avoir conçu. Partiellement. _______________ Très. Très partiellement. _______________ C’est maman qui a fait le gros du travail. _______________ Le gros des gros.

<>

Conformément à toutes les probabilité, Patrice ressent le manque et le besoin de père. _______________ C’est peut-être vrai : j’ai un problème d’âme. Un problème de père.

<>

Maman va voir l’Immortel d’une manière soutenue. Pour le préparer, peut-être. _______________ Lucie, elle, va le voir pour surprendre le moment du passage naturel. Pour extraire les formes et les couleurs qu’elle seule peut voir... Pour vivre le passage et pour faire exploser les couleurs, peut-être. Et les formes. _______________ Du coup, elles se rencontrent, agissent en bonne entente mais sans se comprendre, dans la même direction. Elles ne sont pas faites pour se comprendre, mais pour s’entendre.

Je me hisse entre et contre elles, concerné par leurs affaires macabres.

<>

Notes Initiatiques

cueillies dans les feuilles envoyées à Patrice

par le Travesti avant son suicide

Ma génération est la dernière qui ne meura pas dans un monde différent de celui de sa naissance. Notre espérance de vie, pas excessive, est encore humaine. Supportable, je veux dire, pour un humain. Les débats sur la sortie dans l'Espace, sur la bioéthique, sur l’euthanasie, sur l'homme hyper, sont des pauvres balbutiements. La synthèse menant au saut qualitatif n'est pas encore prévisible. Ma génération est tributaire encore de l'ancien monde. Notre ancien monde à nous, toujours vivant en nous, et non pas le fantasme linguistique, enracinée dans la littérature. Vivant en nous avec ses Hitler, Staline et Mao (et plus, car affinités), qui ne laissent pas la place pour les êtres asexués, stellaires, remplis de vides historiques (et par conséquence, remplis d'avenirs indéchiffrables) qui se lancent vers nous.

Ma génération est la dernière qui doute de l'extraterrestrialité de l'humanité terrestre. On naît et on meure encore sur terre. Des terriens, va !

<>

La mort de l’Ineffable et celle de son fils ont certainement ébranlé le psychique de ma mère. _______________ Malgré sa riche expérience de vie _______________ de mort. Accorder la mort à l’autrui n’est pas donné à tout le monde. _______________ Nous ne parlons de cet art, maman et moi, que par des allusions plus ou moins transparentes, par des périphrases.

Je sais ce qu’elle fait. Elle sait que je sais. C’est un accord létal d’extraction infernale, un accord vital.

Quant à la vieille Ineffable, je sais que ce n’est pas maman qui lui aurait donné le coup de puce (de grâce) nécessaire. Pareil pour le pédé. Ce n’était pas maman.

La chose a été naturelle. _______________ Même trop.

<>

Notes initiatiques

cueillies dans les feuilles envoyées à Patrice

par le Travesti avant son suicide :

Je rêve d’une science qui soit artistique. La science d’aujourd’hui est trop sèche, trop entourée, percée, consolidée par des chiffres mais pas par les nombres correspondants. Le chiffre est comptable, le nombre est mystique. La science d’aujourd’hui parle exclusivement de chiffres, de choses mortes. Elles bougent, elles se modifient, mais c’est la mort qui les anime. Or, la mort ne satisfait l’intellect et l’âme que temporairement.

Pas mal de scientifiques arrivent à apercevoir, à voir même des Mystères. Certains leur arrachent des « données » scientifiques.

Un Pythagore, par exemple.

D’autres, un Einstein ou un Bohr, par exemple, après avoir effleuré la limite « raisonnable » de leurs rêves-spéculations « scientifisés », laissent croire avoir rencontré Dieu ou, du moins, avoir ressenti, dans la pure tradition voltairienne, la nécessité de L’inventer – s’Il n’existait pas.

(À ce sujet il n’y a qu’une chose à dire. Il suffit de scruter le monde avec sincérité. L’existence de Dieu peut et doit être mise en question. Mais la réponse ne peut être qu’affirmative : Dieu existe car le contraire serait impossible.)

La science d’aujourd’hui, descriptive, n’est qu’une forme de croyance. Une croyance « athée ». Dès qu’on sort de la « description scientifique », vendue comme explication, on se sent perdu. L’artistique prend le dessus – et nous, on n’est pas des artistes !

On vit dans un univers que l’on veut quantifier. Un univers entassé dans des dimensions qui ne lui convient pas trop. Des dimensions qui ne sont pas du domaine de la vie. Des dimensions et des mensurations repoussantes.

L’art arrive à tempérer cette folie scientifique. Il complète la science et il l’achève. Il rend à l’esprit sa noblesse perdue. Peut-être, sa raison d’être.

 

 

En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires