Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

23 août 2020 7 23 /08 /août /2020 09:02

Quatre formes nécessaires de folie obligatoire – Ne pas mourir 24

 

Je trouvai, donc, la vieille seule. _______________ Etc., etc., etc.. _______________ Sa voisine de chambre était sortie pour des examens. _______________ Etc., etc., etc.. _______________ Je m’approchai et tendis la main pour toucher la sienne. Une pauvre main, peau et os. Articulations enflées et veines proéminentes, reposant sur la couverture d’hôpital. Une pauvre main exsangue et sans force, délicate, finissante. _______________ Dans ma poitrine bouillonnait beaucoup et grave quelque chose de très chaud et en même temps d’implosif. _______________ J’avais rendez-vous avec moi-même.

(Un d’entre nous, pourtant – Patrice ou moi-même, je ne sais pas –, traînait les pieds, ne se montrait pas. J’étais au bord de l’asphyxie, moi. Patrice était au bord du gouffre.)

Ma main de Patrice toucha celle de l’Ineffable. _______________ Le regard de la vieille devint lumineux. _______________ En me regardant, elle voyait quelque chose que je ne voyais pas. Le bonheur m’envahit sans crier gare. Incandescent. Me pétrifia. La lumière de ce regard devint tellement intense que ma chair se volatilisa en laissant ici, sur terre, le soupçon d’une auréole. _______________ La vieille se faisait avaler par sa propre lumière. _______________ Le froid, un froid bon, cristallin s’empara de moi. _______________ Je ne fus plus moi. _______________ Je devins l’ébauche d’une réalité nouvelle.

<>

La vieille et moi fusionnâmes. La chaleur et le froid cristallin disparurent. La chaleur de la babouchka s’unit à la mienne. Son rayonnement brillant s’unit à moi. Soudainement je me suis mis à brûler et à briller tout aussi fort qu’elle. De tous mes feux. De tous nos feux. _______________ Je n’étais plus moi. Elle n’était plus elle. _______________ Ensemble, nous formâmes une présence éthérée aux contours fluctuants à l’intérieur. Un vrombissement vertical très bas et un autre, horizontal, très haut se faisaient sentir, en obligeant ce qui n’était pas encore matière d’en devenir…

 

En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires