Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

29 octobre 2020 4 29 /10 /octobre /2020 09:12

Quatre formes nécessaires de folie obligatoire – Ne pas mourir 28

 

- Fais-moi un enfant !

C’est ce que Lucie dit à Patrice un peu plus tard, une fois que le papillon de nuit se soit posé quelque part, sur un des murs de la chambre. _______________ « Fais-moi un enfant. J’en ai besoin. J’en veux. » _______________ Tout de suite. Sur le champs. _______________ Éclair. Tonnerre. _______________ Total. Totalement. _______________ Faire venir la gravitation dans le néant. _______________ Tout de suite. Être mère très jeune. Sa psyché était très peu séparée de – et fortement influencée par – son soma. _______________ Très jeune, la petite. _______________ Pleine de vie, poche vide de mort. _______________ Très, mais pas trop. Elle pouvait enfanter. (Elle évoluait dans l’environnement du très banal, donc. Cela ne faisait que la rendre encore plus agréable. _______________ Rassurant, le banal !) Elle voulait être mère tout de suite. _______________ Elle voulait être le papillon-sa-grad-mère. Elle voulait saisir ce que le papillon de nuit sentait à l'instant _______________ en entrant et en remuant avec ses ailes poudrées le noir caniculaire de la pièce où sa Lucie, sa petite-fille, nue et amoureuse, caressait la cuisse d’un jeune homme avec qui elle venait de faire l’amour…

Lucie voulait ressentir cette tendresse mûre. En tant que grand-mère génitrice _______________ génératrice-fabricante de cette tendresse _______________ en tant que grand-mère émettrice _______________ mais surtout en tant que mutante _______________ elle rêvait de goûter la mort fine, filtrée et distillée par le besoin et par la volonté de mort. En même temps, elle voulait se libérer, se débarrasser, se faire quitter, s’auto-quitter de et par sa grand-mère _______________ le papillon.

Elle voulait sentir et ressentir la tendresse bien agencée, solide, un peu nostalgique, hystériquement nourrie par une résignation pleine d’espoir. Elle voulait la paix retrouvée par la femme-grand-mère d’une petite-fille (avec qui elle venait de se disputer le droit à l’existence sexuelle dans ce monde particulier, sous-lunaire, présenté aux humains dès leur naissance comme exclusif). _______________ Elle voulait être la copine de sa grand-mère-papillon. _______________ Patrice vous l’aurait déjà dit : Lucie était folle.

La jeune vaironne voulait aller au devant de son ancêtre biologique mutée en insecte, pour gagner la non-mort, pour gagner l’impossible qui lui permettrait d’entrer en résonance avec la rumeur d’un monde d’ailleurs, intouchable par la banalité vivante et ambulante, inaccessible à cette banalité qu’elle incarnait à l’heure de cet instant.

<>

C’est fort, tout ça. C’est fort maintenant. C’est du pur maintenant.

- Le maintenant éloigne le vertige.

 

 

En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires