Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 17:00


Ceausescu, Milosevici, Ben Laden, Kadhafi... Autant de dictateurs et terroristes d'état ou internationaux contemporains qui, à l'encontre de Staline et Mao, ne sont pas morts dans leurs lits.

- C'est vrai qu'ils n'en avaient pas l'envergure.

Mais, contrairement à ce qu'on pouvait croire, le problème qui me préoccupe à présent, n'est pas le confort de la mort des personnes sus-citées.

- Le problème qui me préoccupe à présent est le rapport entre la démocratie et les dictateurs qu'elle tue.

BHL, interpelé hier, dans une émission TV (« quelle est votre légitimité de vos actes qui ont déterminé Sarkozy d'intervenir en Libye ? » fut la question), a du battre en touche. Sa réponse ne l'a pas légitimé. Son intervention dans l'affaire libyenne reste tout autant inexplicable qu'inacceptable.

Je n'oublie pas que le même BHL, dans la peau d'un « nouveau philosophe », à côté d'André Gluksmann, à administré un coup de canif mortel au marxisme-léninisme et au soviétisme. Je n'oublie pas la grande leçon de liberté donnée par les « nouveau philosophes ». Je n'oublie pas les projections gigantesques de la démocratie sortie de leurs interventions tout aussi anticommunistes anticapitalistes. Les espérances tout aussi grandes d'une vie meilleure...

- Comme c'est beau !

Comme !

Mais – ou sont les neige d'antan ?

Aujourd'hui, je ne suis pas à l'aise lorsque je pense à BHL et à son rôle dans l'histoire libyenne.

- Et de là, à son rôle dans l'histoire, tout court.

Dans l'Histoire.

Sans doute, le monde change. Les dictateurs de type Ceausescu, Milosevici, des terroristes de type Ben Laden, Kadhafi, doivent quitter la scène sur laquelle Staline et Mao n'évoluent plus.

Le rôle de fossoyeur du communisme, joué par BHL, aurait pu resté Historique, si BHL aurait accepté de quitter la scène Historique à la fin du cycle soviétique.

Mais non, L'illustre personnage laisse son destin échapper à l'Histoire (dont il est pourtant hyper-assoiffé) et s'engouffre dans des épisodes sordides (même si nécessaires, même si inévitables), où la démocratie victorieuse tue.

- Le rôle joué par BHL aujourd'hui me gêne.

Et tant pis !

- Et puis, merde !

 

Partager cet article
Repost0

commentaires