Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 17:05

 

Un membre/atome de Facebook m'a signalé un truc diffusé sur Youtube, notamment une déclaration improvisée de Laurent Fabius, vue dans le journal de Marie Drucker (du 17 août ?) sur France 2, une déclaration qui sonne comme ça :

« - Bashar ne mériterait pas d'être sur la terre ».

Le hasard a fait que, le moment où je me baladais sur Facebook, j'étais sur l'emprise d'une demi-phrase de Chamfort :

« - Il vaut mieux être moins et être ce qu'on est, incontestablement ».

Et du coup, j'ai pris un raccourci, en me disant que Fabius n'est qu'un pet-de-none, en l'occurrence un-pet-de-non sur-dimensionné, mais pet toujours.

Oui, un pet-de-none sur-dimensionné, mais pet toujours, qui veut réguler le monde avec son incapacité foncière de comprendre le sang contaminé, le crime stupide du Rainbow Warrior, la contre-performance politico-existentielle de DSK, la terreur végétative répandue dans le monde par les images du lynchage de Kaddafi ; un pet-de-none sur-dimensionné, mais pet toujours, pet à jamais, qui ne pourra jamais, je crois, exister "normalement" (même si son président de Hollande le claironne d'une manière assez maladroite, voire malheureuse en réalité) ; un pet-de-non qui ne comprendra jamais, je crois, les dires de Chamfort : "il vaut mieux être moins et être ce qu'on est, incontestablement" ! Et cela pour le simple fait que, je crois, il ne peut pas être moins, car pour être moins il faudrait d'abord être quelque chose, ce qui manifestement n'a pas l'air d'être le cas.

- Et si je me trope, tant pis !

Je préfère me tromper et m'auto-éliminer du potentiel de « l'être », que d'être dans des conditions fabusiennes.

Partager cet article

Repost0

commentaires