Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 15:46


 

Vu le duel extrême gauche (Melenchon) – extrême droite (Le Pen), annoncé pour les législatives, on peut se demander non pas qui va gagner, mais à qui profite la bataille.

Dans ce sens il faut regarder vers les socialistes et vers l'UMP.

Les premiers seront très embarrassés se voir « cadeaurisés » d'un Mélenchon parlementaire. Leur marge de manœuvre sera sérieusement réduite. Pire, Mélenchon, redoutable tribun, pourra leur faire des misères et des hyper-misères dans l'hémicycle, en réconfortant ainsi l'opposition « modérée », « républicaine », incarnée par l'UMP. Pirissime encore, l'agitation de l'hyper-agitée Mélenchon pourra même compromettre la dissolution espérée (par les socialistes) de l'UMP...

- Les socialistes, donc, n'ont aucun intérêt de voir Mélenchon gagnant les législatives contre Le Pen et, au contrario, ont tout l'intérêt de voir le Pen vaincre....

Et cela, même si Mélenchon ne se privera pas de se victimiser et plus encore si affinités, dans le cas où le socialistes le laisseront tomber pendant son duel avec Le Pen.

Autrement dit, les socialistes sont obligés d'espérer dans une victoire de Le Pen.

- Et cela pour embarrasser encore plus l'UMP.

Car l'UMP, elle, sera très embarrassées se voir « cadeaurisés » d'une Le Pen parlementaire. Sa marge de manœuvre sera sérieusement réduite. Pire, Le Pen, redoutable tribun, elle aussi, pourra lui faire des misères et des hyper-misères dans l'hémicycle, en la poussant vers une extrême-droitisation non voulue et contre-productive politiquement.

- Une fois entrée à l'Assemblée, Le Pen s'emploiera pour convertir « les républicains » et « les modérés », et pour laminer l'UMP...

Avec de grandes chances de réussite.

Alors, si j'étais socialiste, je laisserais tomber Mélenchon, je favoriserais l'entrée de l'extrême droite dans le Parlement, au risque de me faire bouffer par « le marinistes » qui surfent sur la crête de cette lame de fond ressentie dans toute l'Europe, qui est l'hyper-nationalisme, voire l'extrême droite...

Mais, j'en ne suis pas un.

- Je veux dire, socialiste.

Et je ne veux pas en être.

- Ni un, ni deux, ni tous.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires