Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 09:57


Mélenchon, un type au front étroit et créponé, grand tribun, artiste du langage révolutionnaire du XIX-ème, en agitant son chiffon rouge (porté à la cravate), essaye de transformer le gentil coq national en sombre taureau révolutionnaire interprète de l'Internationale. Sarkozy et Hollande, considérés comme les principaux concurrents dans les actuelles présidentielles, lui emboitent le pas et organisent chacun de son côté des grands meetings aujourd'hui même, à Paris, comptant sur le fait que les parisiens meurent de curiosité de les voir se mélanchoniser.

Cela n'est que très bien !

- Pour la galerie !

Il faut profiter de la vie.

- En rire.

En.

Il aurait été comme ça, avec tous ces candidats qui frôlent avec beaucoup de bonhomie et d'appétit le ridicule. Il aurait été comme ça, mais il n'en est plus. Car, voilà ce qui se Passe. Sarko, conseillé par une tête ronde et sombre (toute aussi intelligente que celle de notre BHL national, qui nous a entraîné dans la guerre de Libye, avec ses fâcheuses conséquences maliennes), décide de reconnaître que la France a maltraité les Harkis. Je ne saurais pas dire quelle est la vérité de cette histoire fondue dans l'Histoire.

- Personne ne me le demande, d'ailleurs !

Il ne manquerait que ça, voyons !

Personne ne me le demande, donc – et j'en suis reconnaissant à ceux qui composent ce(tte) Personne –, mais je sens la honte monté en moi.

Et je me demande, pourquoi moi ? Mais aussi, pourquoi pas moi ?

- Putain, quel Cirque !

 

Partager cet article

Repost0

commentaires